Les RÉR sont-ils devenus désuets ?

Écrit par Joe Snyder

Le mercredi 13 juin 2018

Q : Devrais-je cotiser à un CÉLI plutôt qu'à un RÉR ?

R : La création des comptes d'épargne libre d'impôt (CÉLI) en 2009 a ouvert un tout nouveau monde de décisions financières aux Canadiens. La plupart des gens à qui je parle sont de grands amateurs de CÉLI, alors qu'il semble il y avoir de plus en plus de gens défavorables aux RÉR. Mais comme pour la plupart des décisions sur les finances personnelles, il n'y a pas de solution universelle en ce qui concerne les RÉR et les CÉLI.

Bataille de popularité : CÉLI contre RÉR

Il semblerait que le dernier arrivé sur le marché – le CÉLI – ait gagné le concours de popularité en ce qui a trait aux comptes enregistrés. Les données du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) indiquent que 30 % des contribuables canadiens ont cotisé à un CÉLI en 2015, par rapport à 23 % pour les RÉR. C'est pratiquement 8 millions de Canadiens qui ont cotisé à un CÉLI et seulement 6 millions à un RÉR.

Qui préfère quoi ?

Malgré tout, ce ne serait pas la fin des RÉR. Alors que la popularité des CÉLI est en pleine croissance, les RÉR se maintiennent toujours chez les Canadiens plus âgés et mieux nantis, les cotisations ayant même augmenté pour ceux qui gagnent entre 60 000 $ et 80 000 $ par année. Les CÉLI sont plus populaires auprès des Canadiens plus jeunes qui ont un plus faible revenu; ce qui est logique. Lorsqu'on est dans une tranche d'imposition plus basse, on ne profite pas autant des avantages fiscaux des RÉR. De plus, il y a de fortes chances pour qu'on soit dans une tranche d'imposition plus élevée au moment de la retraite, alors, c'est pourquoi les CÉLI sont plus avantageux dans ce cas. Tout ça parce que les retraits faits dans des CÉLI sont exempts d'impôt alors que les retraits dans les RÉR sont imposables.

Cela amène toutefois un appel à la prudence

L'une des raisons pour lesquelles les Canadiens adorent les CÉLI est leur souplesse. Celle-ci se traduit par une facilité de retrait, le tout sans avoir à payer d'impôt. Statistique Canada a signalé qu'environ la moitié de tout l'argent déposé dans des CÉLI au cours d'une année donnée est retiré. La fréquence des retraits dans des CÉLI est bien plus élevée que dans les RÉR. Et là encore, c'est logique, même si ce n'est pas un comportement idéal. Retirer des fonds d'un RÉR a presque toujours des conséquences, alors, les retraits occasionnels ne sont pas la norme, mais plutôt l'exception. Les seuls moments où des retraits non imposables sont permis dans un RÉR sont dans le cadre du Régime d'accession à la propriété (RAP) ou du Régime d'encouragement à l'éducation permanente (REEP), et même ces situations comportent des règles très strictes quant au remboursement des montants empruntés.

Si les CÉLI sont de plus en plus utilisés et que les RÉR le sont de moins en moins, est-ce parce que les Canadiens redistribuent simplement leurs cotisations RÉR auxquelles il est difficile d'accéder dans les comptes plus accessibles que sont les CÉLI ? Est-ce que cela signifie que moins d'argent est épargné globalement pour la retraite, puisque ces épargnes deviennent plus accessibles ? Est-ce qu'un montant significatif de cet argent est retiré puis dépensé parce qu'il n'y a pas de conséquences réelles à ces retraits ? J'espère franchement que non, mais les données semblent suggérer que c'est un peu ce qui se produit…

Les RÉR sont-ils devenus désuets ?

Même si, moi aussi, j'adore les CÉLI, tant pour les objectifs à court terme que ceux à long terme, le RÉR est toujours mon compte de prédilection pour mon épargne-retraite. Personnellement, je constate que les pénalités pour les retraits RÉR sont si salées que la plupart des gens ne retirent pas de fonds de leurs RÉR, sauf dans le cas du RAP, du REEP ou d'une situation d'extrême urgence. Cela contraste fortement avec la proportion d'argent retiré des CÉLI chaque année. C'est dans la nature humaine : si tu rends cet argent facile d'accès pour moi, j'en profiterai; si tu m'imposes des pénalités, je serai moins enclin à le faire. Notre propre comportement est souvent notre pire ennemi en matière de décisions concernant les finances personnelles et voilà pourquoi j'espère que les CÉLI sont utilisés en combinaison avec les RÉR, et non pas en remplacement de ceux-ci.

 


Si vous avez une question à laquelle Joe pourrait répondre dans un prochain article ou si vous souhaitez suggérer un sujet, envoyez un courriel à l'adresse : conseiller@tangerine.ca.

Cet article vise à fournir des renseignements généraux sur les RÉR et les CÉLI. Si vous avez besoin de plus amples renseignements concernant votre situation personnelle, consultez un conseiller en placement.

 

Partager