Comment les investisseurs chevronnés utilisent les indices de référence

Écrit par Preet Banerjee

Le vendredi 5 mai 2017

Des indices de référence, il y en a de toutes sortes et il y a aussi une foule d'opinions sur les indices les plus appropriés à utiliser. Explorons certaines options et voyons comment elles peuvent vous aider à faire le suivi de vos choix de placements. Mais avant de commencer, il est bon de savoir que les investisseurs indiciels n'ont pas vraiment à se préoccuper de tout ça.

Les investisseurs indiciels n'ont pas besoin de battre les indices de référence

Quand vous êtes un investisseur indiciel, vous affirmez que vous avez décidé de ne pas essayer de battre les indices de référence, mais plutôt de simplement les suivre (moins le coût d'investissement). La raison pour laquelle ce type d'investissement est devenu si populaire est qu'obtenir un moins bon rendement que les indices – même par un petit montant – est historiquement mieux que le rendement moyen obtenu par toutes les autres personnes (qui essaient de battre les indices de référence). Bien qu'il y ait des gagnants et des perdants parmi ces derniers, globalement, ils finissent par obtenir un moins bon rendement que les indices de référence, et ce, par une plus grosse marge. Si vous avez un portefeuille bien construit – où la répartition des actifs correspond à vos objectifs – et qu'il est correctement diversifié en fonction de divers indices dans le monde de l'investissement, alors, en tant qu'investisseur indiciel, votre seul vrai objectif est de rester dans la course et d'ajouter plus d'argent à votre portefeuille quand vous le pouvez.

Mais pour les nombreux investisseurs qui tentent activement de battre le marché grâce à la gestion active de fonds ou aux placements gérés passivement, les indices de référence sont des concepts extrêmement utiles pour le contrôle de leurs stratégies.

Le marché est un indice de référence

Si votre portefeuille ne contient que des actions canadiennes, la plupart des gens suggéreront que le marché global des actions canadiennes devrait être votre indice de référence. C'est logique. Si vous avez décidé de détenir seulement 5 actions, mais que le marché en contient 5 000, vous croyez implicitement que ces 5 actions offriront, en moyenne, un meilleur rendement que le fait de détenir les 5 000 actions. Vous pouvez évaluer cette stratégie au fil du temps en comparant le rendement de votre portefeuille par rapport au rendement global du marché.

L'un des indices de référence les plus courants pour les actions canadiennes est l'indice composé S&P/TSX. La plupart des portefeuilles d'actions canadiennes peuvent être légitimement comparés à cet indice de référence. Cela peut concerner tant votre propre sélection d'actions canadiennes individuelles que les fonds sous gestion (par exemple, des fonds communs de placement et des fonds distincts) qui investissent uniquement dans les actions canadiennes.

Mais parfois, l'indice de référence global des actions canadiennes pourrait ne pas être le plus approprié pour un portefeuille uniquement constitué d'actions canadiennes. (Oui, je sais, ça semble bizarre de dire ça.) Ç'a plutôt à voir avec vos possibilités d'investissement.

Que sont les « possibilités d'investissement » ?

L'indice de référence approprié que vous choisissez devrait idéalement correspondre à vos possibilités d'investissement si vous voulez comprendre votre rendement en matière de capacité à battre le marché.

Cela signifie que si vous vous êtes restreint à des actions canadiennes à petite capitalisation, un meilleur indice de référence pour ce portefeuille serait l'indice S&P/TSX à petite capitalisation, puisque les actions à petite capitalisation ont tendance à avoir des niveaux de risque différents ainsi que des caractéristiques de rendement différents du marché global de toutes les actions canadiennes. Cet indice particulier correspond aux possibilités d'investissement que vous avez choisies. (Parce que seules des actions à petite capitalisation ont la « possibilité » d'être dans votre portefeuille étant donné que c'est la restriction que vous vous êtes imposée.)

Par contre, cela ne signifie pas que vous devriez écarter entièrement les indices de référence plus vastes. Alors que comparer votre portefeuille d'actions canadiennes à petite capitalisation à un indice de titres canadiens à petite capitalisation vous dira si vous avez fait un bon choix d'actions canadiennes à petite capitalisation, vous pourriez aussi comparer votre portefeuille au plus gros indice global des actions canadiennes pour voir si la décision d'investir seulement dans les actions à petite capitalisation était judicieuse.

Un autre exemple pour illustrer ce point subtil est d'examiner le rendement de quelqu'un qui a ajouté des actions américaines à son portefeuille. Supposons que ce portefeuille consiste en 80 % d'actions canadiennes et en 20 % d'actions américaines. Si vous comparez uniquement le rendement de votre portefeuille à l'indice des actions canadiennes, ça vous donnerait une bonne idée pour savoir si le fait d'ajouter des titres américains serait ou non une bonne stratégie, mais ça ne vous dirait pas si vos choix en matière d'actions américaines étaient les bons. Vous devrez comparer les 20 % de votre portefeuille investis aux États-Unis à un indice de marché des actions américaines pertinent pour avoir votre réponse. Il est possible que les actions américaines en général aient eu un bon rendement annuel de + 15 %, mais que les actions américaines que vous détenez ont connu un rendement de seulement + 10 %, un sous-rendement de 5 %. Imaginez que les actions canadiennes étaient stables cette même année. Le seul fait d'avoir des actions américaines a eu pour résultat que votre portefeuille a connu un meilleur rendement, même si vos placements américains n'ont pas obtenu un bon rendement comparativement à leur indice de référence.

Indices de référence composés

Une solution possible serait de créer un indice de référence personnalisé pour votre portefeuille. Dans notre exemple ci-dessus, où le portefeuille est constitué à 80 % d'actions canadiennes et à 20 % d'actions américaines, notre indice de référence refléterait cette situation. Vous multiplieriez simplement le rendement de chaque indice de référence pour chaque classe d'actifs selon sa proportion dans votre portefeuille. Dans notre cas, étant donné que l'indice S&P 500 est populaire pour les actions américaines, notre indice de référence personnalisé aurait l'air de ceci :

(80 % x S&P/TSX composé) + (20 % x S&P 500)

Si l'indice de référence canadien a obtenu un rendement de 10 % pour l'année et que l'indice de référence américain a obtenu un rendement de 5 %, alors (80 % x 10 %) + (20 % x 5 %) = 9 %.

Nous examinerions aussi la classe d'actifs individuels pour nous assurer qu'un surrendement dans une certaine classe d'actifs ne masque pas un sous-rendement important dans une autre classe.

En conclusion, il est important de ne pas porter de jugements trop hâtifs sur votre portefeuille de placements à long terme uniquement en fonction de mesures de rendement prises sur de courtes périodes. Si vous choisissez des placements qui sont différents des indices de référence, vous vous attendrez nécessairement à des tendances de rendement différentes. Quand vous commencez à évaluer le rendement sur de longues périodes, cela pourrait en effet devenir préoccupant. Mais souvenez-vous qu'il y a plus d'une façon d'évaluer le rendement de votre portefeuille en fonction des indices de référence.

Partager