On vous écoute

Par téléphone

24 h par jour, 7 jours par semaine
1-888-826-4374. Ou, si vous préférez, nous pouvons vous appeler

Vous cherchez vos relevés fiscaux ? En savoir plus
Par clavardage
Comptes d'épargne et Comptes-chèques

Lundi au vendredi : 8 h à 20 h HE
Fin de semaine : 9 h à 17 h HE

Investissements

Lundi au vendredi 8 h à 20 h HE

FAQ

Vous avez des questions ?
Consultez notre FAQ

En personne

Passez nous voir à l'un de nos emplacements Tangerine

Sur les réseaux sociaux

Pourquoi à 40 ans je suis enfin en contrôle de mes finances

Écrit par Frederic Levesque

Le lundi 11 décembre 2017

Lorsque j'ai complété mes études universitaires en actuariat à l'âge de presque 25 ans, j'en connaissais beaucoup sur les mathématiques financières et les tables de mortalité, mais très peu sur la gestion de mes finances personnelles.

Cinq ans plus tard, après avoir complété une maîtrise à temps plein en administration des affaires, ma situation financière n'allait guère mieux avec des dettes atteignant plus de 30 000 $. C'est seulement après la venue d'un premier enfant à l'âge de 36 ans que j'ai vu la raison. Bien que mes dettes avaient été éliminées, j'étais loin d'être en contrôle de mes finances et c'est à partir de ce moment que j'ai cessé d'être dépensier pour devenir épargnant.

Voici les 11 actions que j'ai prises au cours des derniers mois, voire dernières années, qui font en sorte que je suis aujourd'hui à 40 ans en contrôle de mes finances personnelles.

1. Payer mes dettes. La première chose que j'ai faite après avoir complété ma maîtrise en administration des affaires il y a 11 ans a été de rembourser mes dettes; un mélange de frais de scolarité et d'un train de vie pas fait pour les études à temps plein. Depuis quelques années, je n'ai plus aucune dette (mise à part l'hypothèque) et je paie le solde complet de mes cartes de crédit tous les mois.

2. Tenir un budget. Dans ce plan de gestion, j'alloue la totalité de mes revenus à différents postes comme l'épargne, l'investissement, les dépenses essentielles puis les dépenses secondaires comme les voyages, les spectacles et le sport. Depuis un an, je prends une heure ou deux par mois pour faire le suivi des dépenses réelles, et j'ajuste mon budget au besoin.

3. Me payer en premier. C'est devenu un cliché en finance personnelle, mais je m'assure, à chaque paie, de mettre de côté un montant prédéfini dans mon budget pour l'épargne et l'investissement. Depuis quelques mois, j'arrive à placer systématiquement 20 % de mon salaire brut à chaque période de paie.

4. Réduire mes dépenses. À partir d'un budget bien élaboré et d'un suivi serré de ses dépenses, c'est facile d'identifier lesquelles il est possible de réduire. En 2017, j'ai réussi à économiser plus de 2 000 $ en renégociant certaines dépenses et en modifiant certaines habitudes trop coûteuses. Un de mes objectifs annuels est de réduire de 15 % mes trois postes de dépenses les plus importants.

5. Augmenter mes revenus. Ce n'est pas suffisant de seulement réduire ses dépenses. J'essaie aussi de trouver des sources de revenus additionnelles. En augmentant ses revenus, il devient possible d'atteindre ses objectifs financiers plus rapidement, tels que payer ses dettes, augmenter son taux d'épargne ou simplement s'offrir certains plaisirs.

6. Automatiser mes finances. La clé pour m'assurer d'être en plein contrôle a été d'automatiser au maximum la gestion de mes flux monétaires, du dépôt direct de la paie au paiement automatisé du solde de mes cartes de crédit et des dépenses mensuelles, en passant par le prélèvement automatique de l'épargne. Tout est maintenant automatisé, ce qui évite ainsi bien des tracas.

7. Bâtir un fonds de prévoyance. Lorsque certaines dépenses dépassent le montant budgété, j'utilise les surplus libérés par d'autres postes inutilisés dans mon budget. Lorsque de véritables imprévus surviennent, je fais appel au fonds de prévoyance que j'ai capitalisé à 2 000 $. Au-delà de ce montant, je préfère investir mon argent dans des placements qui demeurent assez liquides en cas de besoins supplémentaires.

8. Me fixer des objectifs. J'ai pris l'habitude de me fixer des objectifs financiers à court, moyen et long termes. Par exemple, j'essaie d'augmenter ma valeur nette ou mon taux d'épargne, de réduire certaines dépenses trop élevées ou bien de trouver des nouvelles sources de revenus. Je m'assure aussi de revoir mes objectifs en cours d'année et d'ajuster le tir au besoin.

9. Calculer ma valeur nette. Depuis presque deux ans, je prends plaisir à calculer ma valeur nette à chaque fin de mois, soit la différence entre mes actifs et mes passifs. Il s'agit d'un outil simple qui permet de faire rapidement le portrait de sa santé financière. Augmenter ma valeur nette est un de mes objectifs récurrents.

10. Devenir investisseur. Après avoir coupé dans mes dépenses et augmenté mon niveau d'épargne, je me suis mis à la recherche d'opportunités d'investissement afin de faire travailler mon argent. J'y suis parvenu grâce à des investissements en immobilier, mais il existe une plusieurs façons d'y arriver.

11. Continuer mon éducation. Un autre objectif de 2017 est de lire au moins un bouquin par mois sur les finances personnelles, l'entrepreneuriat, l'investissement et le développement professionnel. Je n'hésite pas non plus à suivre des formations en ligne afin de parfaire mes acquis dans le domaine.

Grâce à ces 11 actions, je peux maintenant dire qu'à 40 ans, je suis enfin en contrôle de mes finances. Mon seul regret est d'avoir attendu aussi longtemps pour mettre en place mon plan financier, mais mieux vaut tard que jamais.

 

Partager