Les problèmes d'argent vous suivent au travail ?

Écrit par Kelley Keehn

Le vendredi 21 février 2020

Selon un sondage de l'Association canadienne de la paie (ACP), 43 pour cent (en anglais seulement) des travailleurs sont financièrement stressés au point que leur rendement au travail en souffre.

L'Association estime que le stress financier fait perdre presque 16 milliards de dollars chaque année à l'économie canadienne sur le plan de la productivité.

« Au départ, nous suivions le nombre de personnes vivant d'une paye à l'autre, et cette année, nous avons élargi l'étude, » explique Steven Van Alstine, vice-président de l'éducation à l'Association canadienne de la paie. « Les gens éprouvent des difficultés et dépensent plus que leur salaire net en raison de la hausse des dépenses et du remboursement de la dette. C'est ce qui alimente leur stress. »

Ce qui stresse les Canadiens, selon l'Association canadienne de la paie :

  • Près d'un quart des travailleurs canadiens affirment perdre environ 40 minutes par jour au travail à cause de préoccupations financières personnelles.
  • Les préoccupations les plus importantes sont liées à l'augmentation du coût de la vie — y compris le coût du logement et la hausse imminente des taux d'intérêt et des prêts hypothécaires — alors que 40 % des personnes interrogées disent se sentir « dépassées » par le montant qu'elles doivent.
  • Une personne sur trois avoue que sa dette a augmenté depuis 2018, et que ses dépenses continuent d'excéder son salaire net.

Quelle est la solution ?

Le remède le plus simple au stress financier consiste à créer un coussin qui peut vous permettre de vous rendre à la retraite, mais qui constitue également un filet de sécurité en cas de dépenses imprévues.

En règle générale, les planificateurs financiers agréés recommandent un taux d'épargne d'au moins 10 % du revenu net, mais le sondage montre que deux tiers des employés n'atteignent pas cet objectif. Et plus de quatre employés sur dix (43 %) vivent d'une paye à l'autre. Cela laisse peu de place à l'épargne.

Profitez des possibilités d'épargne offertes par votre employeur

Renseignez-vous auprès de votre employeur sur les possibilités d'épargne qui existent au sein de votre entreprise. Selon l'ACP, 55 % des employeurs offrent un programme « Payez-vous d'abord ». Pour les employés qui s'inscrivent, un pourcentage de leur paye est versé directement à l'épargne, avant même qu'ils ne la voient. C'est une excellente façon d'épargner sans avoir à être discipliné, car vous n'avez pas à vous en occuper !

Prenez le temps de feuilleter votre trousse d'avantages sociaux, ou appelez votre fournisseur ou le service des ressources humaines pour savoir si votre employeur offre un programme de contrepartie. On estime que les employés laissent plus de 3 milliards de dollars (en anglais seulement) sur la table chaque année !

Atténuer son propre stress

Mais qu'en est-il si aucun programme visant les employés n'est disponible ? Vous pouvez facilement ouvrir un CÉLI (ou un simple compte d'épargne ordinaire) et automatiser votre propre épargne.

Même si vous ne commencez qu'avec 5 dollars par jour vous pourriez épargner plus de 1 800 dollars en un an, ce qui atténuerait sans doute un peu de stress et rehausserait votre sentiment de bien-être au fur et à mesure que vous créez votre propre fonds d'urgence. Il serait également utile de savoir si votre banque propose des outils de budgétisation pour vous aider à acquérir des habitudes financières judicieuses.

Lorsque vous aurez pris l'habitude d'épargner régulièrement, vous pourrez alors envisager d'épargner en vue de la retraite en établissant un RÉR et en augmentant éventuellement le montant mensuel que vous mettez de côté. L'essentiel est d'utiliser l'automatisation à votre avantage.

Van Alstine recommande également d'automatiser les autres factures récurrentes, comme les paiements de cartes et de marges de crédit pour qu'une fois programmées, elles se paient sans que vous ayez à y penser.

Partager