La déprime de janvier : conseils simples pour le bien-être financier en 2018

Écrit par Kelley Keehn

Le vendredi 19 janvier 2018

Alors que nous sommes à la mi-janvier, posez-vous honnêtement la question : avez-vous les blues ? Si oui, vous êtes comme beaucoup d'autres Canadiens, car le troisième lundi de janvier serait considéré comme le jour le plus triste de l'année.

Selon le sondage Financial Blues Survey (lien en anglais) de Credit Canada (lien en anglais) et Financial Planning Standards Council (FPSC) (lien en anglais), plus de la moitié (53 %) des Canadiens connaissent déjà une déprime financière et les jeunes générations sont particulièrement touchées par ce phénomène.

« De nombreux consommateurs qui communiquent avec nous après les fêtes ont des remords, constate Laurie Campbell (lien en anglais), chef de la direction de Credit Canada. Les gens ont trop dépensé et ont ensuite de la difficulté à gérer leurs dettes. Quand c'est possible, retourner les articles non utilisés que vous avez achetés ou reçus pendant les fêtes est la solution idéale. Mais si ce n'est pas possible, vous devez aller de l'avant et vous concentrer sur vos objectifs. »

Plus tôt en janvier, le sondage Léger, commandité par les deux organismes sans but lucratif cités plus haut, a posé la question suivante à 1 550 Canadiens : « En songeant à vos finances, qu'est-ce qui vous démoralise en cette période de l'année ? »

Voici quelques données significatives issues de leurs réponses :

Un Canadien sur cinq (20 %) est aux prises avec un solde de carte de crédit supérieur au montant de son compte d'épargne.

Les adultes de 18 à 44 ans sont les plus inquiets de leurs finances en tout début d'année (68 % d'entre eux, comparativement à 41 % chez les 45 ans et plus).

Un Canadien sur quatre (25 %) n'a pas les fonds nécessaires pour prendre des vacances et ainsi échapper à la déprime hivernale.

Six pour cent (6 %) des Canadiens ont déjà abandonné leurs résolutions financières de la nouvelle année.

« Les consommateurs reçoivent les factures de leurs dépenses des fêtes vers la mi-janvier, ce qui crée un véritable vent de panique, explique Laurie Campbell. »

« Il est encore temps de changer de route. »  Led Zeppelin

« Pour éviter, l'an prochain, la déprime de janvier, vous devez dès à présent vous préparer pour le prochain temps des fêtes, souligne Laurie Campbell. Déposez de l'argent chaque mois dans un compte d'épargne séparé en prévision des achats que vous ferez à la fin de 2018. Cette méthode vous gardera à l'abri de nouvelles dettes. Comme les dépenses des fêtes ont augmenté de 8 %, prévoyez économiser environ 1 000 $ d'ici décembre. »

Conseils de Laurie Campbell pour combattre la déprime financière

 

1. Ne vous affolez pas. Il vaut mieux s'attaquer au problème aussitôt que possible, sachant que retrouver la santé financière prend du temps et de la patience. Discutez-en en famille et mettez au point des moyens de redresser la barre tous ensemble.

2. Faites un plan. Fixez-vous des objectifs personnels destinés à garantir votre réussite à long terme; vous aurez ainsi une vision claire de la direction à suivre au niveau financier.

3. Dressez un budget ou un plan de dépenses mensuel. Si vous n'en avez pas déjà un, il faut vous y atteler. Vous devez savoir où va votre argent et surveiller vos dépenses. Il existe des ressources gratuites en ligne qui vous guideront dans cette planification.

4. Priorisez vos dettes. Réglez d'abord les dettes à taux d'intérêt élevé, tout en continuant à faire au moins les paiements minimums sur vos dettes à intérêt plus faible. Vous pourriez également envisager d'obtenir un prêt de consolidation ou une marge de crédit à un taux d'intérêt inférieur pour rembourser l'ensemble de vos dettes.

5. Rangez vos cartes de crédit. N'augmentez pas votre passif. Mettez-vous au défi de ne plus utiliser vos cartes de crédit, du moins jusqu'à ce que vous ayez acquitté vos factures des fêtes. Privilégiez plutôt la carte de débit. Pensez également à annuler les cartes de crédit dont vous ne vous servez pas et pour lesquelles on vous impose des frais annuels.

6. Réduisez les dépenses superflues. Limitez vos dépenses à l'essentiel, comme l'épicerie et autres nécessités. Annulez si possible vos abonnements au gym, à des revues ou à certains services que vous n'utilisez plus. Vous pourriez aussi limiter les occasions de prendre des cafés ou des repas au restaurant et opter pour un forfait de téléphone cellulaire moins cher. Recourez à une calculatrice budgétaire gratuite pour cerner d'autres dépenses que vous pourriez réduire.

7. Maximisez votre épargne. Pour y arriver, vous pourriez vendre des articles dont vous ne vous servez plus ou occuper un emploi à temps partiel ou secondaire.

8. Suivez vos progrès. Notez vos dépenses ainsi que les économies réalisées, de même que le montant de vos remboursements de dettes. Il est important de constater et de célébrer vos petites victoires afin de rester motivé.

Si vous ne parvenez pas à contrôler vos dettes et qu'une aide vous est nécessaire, profitez des ressources et des services sans frais dans toute la mesure du possible. Des organismes sans but lucratif offrant des services-conseils en crédit, comme CreditCanada.com (lien en anglais), font gratuitement des recommandations en la matière. Ils peuvent élaborer pour vous un budget et un plan d'action en fonction de vos objectifs.

Si vous avez besoin d'aide pour trouver une façon d'atteindre vos buts, vous pouvez vous prévaloir de l'aide professionnelle d'un planificateur financier. Quelle que soit votre situation, vous méritez de jouir d'un état de bien-être financier en 2018 et il n'est jamais trop tôt ni trop tard pour commencer.

 

Partager