Établir un budget quand nos enfants pratiquent un sport de compétition

Écrit par Helen Burnett-Nichols

Le mercredi 24 octobre 2018

Votre enfant a du talent, il est motivé, mais par-dessus tout, il a une passion pour le sport. Grâce à ceci, il se dirige vers l'élite en matière de sports pour enfants : la ligue compétitive.

Pour les parents, encourager le rêve d'un jeune athlète compétitif veut souvent dire qu'ils doivent se préparer à payer les frais élevés qui y sont associés.

Les sports coûtent cher

Un récent sondage mené par Ipsos (en anglais) a révélé que le hockey est le sport parascolaire le plus cher pour les enfants canadiens, avec des dépenses annuelles moyennes de plus de 750 $ par enfant, suivi par la crosse et la gymnastique. Avec plusieurs entrainements par semaine, l'équipement, le voyagement, les séances supplémentaires, etc., pratiquer un sport de haut niveau coûte souvent très cher.

Theresa Dostaler, de Madoc en Ontario, est à la tête de la communauté Canadianhockeymoms.ca (en anglais). Elle a trois enfants qui ont joué au hockey à un niveau compétitif et au niveau AAA. Elle explique que l'inscription et les coûts du temps de glace dépendent d'où on habite dans le pays, mais qu'ils peuvent aller jusqu'à 3 000 $ par année, par enfant.

Nicole Francis, elle, dit qu'elle paye près de 5 000 $ par année pour les entrainements en gymnastique de niveau compétitif de sa fille de 10 ans dans la région du Grand Toronto.

Même si ce n'est pas une surprise que de participer à des sports de ce niveau vienne avec un coût élevé, avec un peu de planification et de connaissances, il y a des façons d'inclure ces frais dans votre budget familial et même de les réduire au fil du temps.

Voici comment :

1. Intégrez-les à votre budget mensuel

Plusieurs coûts associés aux sports de compétition, comme les frais d'inscription et d'entrainement, sont normaux et prévus, ce qui donne l'occasion aux familles de déterminer leurs dépenses mensuelles associées au sport. Ils peuvent être ajoutés au budget des ménages avec les autres factures.

« C'est un coût qui se compare à celui de l'épicerie. Ce n'est pas négociable, alors nous savons qu'il est là. Ça fait partie du budget, c'est une dépense qui revient et que nous devons planifier. La partie mensuelle est probablement la plus facile parce qu'elle est anticipée », explique Mme Francis.

2. Apprenez de vos expériences (ou demandez aux vétérans)

Lorsque sa fille est passée du secteur récréatif au secteur compétitif en gymnastique, Francis admet qu'elle a été surprise par le grand nombre de dépenses associées à l'équipement d'entrainement, aux compétitions et aux frais d'entraineurs supplémentaires.

C'est pourquoi elle suggère d'y aller avec les yeux grand ouverts, c'est-à-dire de demander à ceux autour de vous et d'en apprendre autant que possible dès le départ.

« Faire des recherches à l'avance est très importante par ce que ça vous permet de budgéter et de prévoir ce qui vous attend en termes de temps, d'engagement et de coût. Ce n'est pas uniquement les frais mensuels, il y en a d'autres qui s'ajoutent », explique Mme Francis.

« Ayant appris de mon expérience, je mettrai assurément de l'argent de côté pour pouvoir payer cette grande somme forfaitaire pour les frais de compétition et l'équipement », ajoute-t-elle.

3. Participez aux collectes de fonds (et faites participer les enfants)

Pour les athlètes des ligues compétitives et leurs familles, la collecte de fonds peut grandement aider à économiser, dépendamment de comment elle est mise en place, affirme Mme Dostaler. Les initiatives qui concernent les jeunes athlètes, comme la collecte de bouteilles, peuvent servir de leçon, assure-t-elle.

« Choisissez avec soin les évènements auxquels vous participez. Trouvez une collecte de fonds qui inclue tout le monde ou trouvez des façons de récolter ce que vous investissez. »

4. Épargnez où vous pouvez

Que ce soit d'acheter de l'équipement en solde, de réserver plus de temps de glace lors des heures creuses, ou d'amener votre propre nourriture en voyage pour économiser sur les restaurants, vous pouvez réaliser des économies importantes, car chacune de ces décisions finit par s'accumuler, explique Mme Dostaler. Pour les familles qui voyagent pour les tournois, elle dit que de partager les coûts, comme avec le covoiturage et les chambres d'hôtel, peut également faire une grosse différence dans le budget.

5. N'oubliez pas de prévoir les imprévus

Il y a toujours des coûts supplémentaires dans le sport compétitif, comme les taux annuels payés aux conseils provinciaux ou nationaux ou même des pénalités facturées lorsqu'un parent rate son bénévolat à un évènement.

N'oubliez pas non plus d'ajouter au budget les frais supplémentaires qui surviennent lorsque l'enfant gagne.

« Deux de mes jeunes ont participé aux tournois Silver Stick régionaux. Si vous gagnez, vous passez au tournoi international, où il faut rester trois nuits, alors il faut passer six nuits de plus dans des hôtels », se souvient Mme Dostaler.

« Vous dépensez donc moins si une saison se termine tôt… mais vous ne voulez pas que ça se produise. »

 

Partager