L'effet de la baisse du taux du test de résistance
Écrit par Sean Cooper

Le mardi 15 octobre 2019

Si vous envisagez d'acheter une maison ou de renouveler votre hypothèque, portez une attention particulière au test de résistance (stress test). Ce dernier a une incidence sur le montant du prêt hypothécaire auquel vous serez admissible. Ce test, appliqué à tous les types d'hypothèques résidentielles obtenues auprès d'institutions financières réglementées par le gouvernement fédéral depuis janvier 2018, est une initiative à laquelle les Canadiens s'adaptent toujours.

Pour la première fois en trois ans, le taux minimal admissible utilisé pour ce test a récemment baissé, facilitant légèrement l'admissibilité à un prêt hypothécaire.

Penchons‑nous sur ce changement et ses répercussions si vous achetez une maison ou refinancez votre hypothèque.

Qu'est-ce qu'un test de résistance ?

Le test de résistance a été implanté par le gouvernement fédéral afin de déterminer si un emprunteur serait en mesure de respecter ses obligations de paiement advenant une hausse des taux d'intérêt.

Selon ce test, si votre mise de fonds est de 20 % ou plus, vous devez vous qualifier pour un prêt hypothécaire au taux d'intérêt offert plus 2 % ou au taux de référence de la Banque du Canada (actuellement à 5,19 %), si celui‑ci est plus élevé.

Si votre mise de fonds est inférieure à 20 % (ce qui signifie qu'une assurance prêt hypothécaire est requise), vous devez vous qualifier pour un prêt basé sur le taux d'intérêt offert ou le taux de référence de la Banque du Canada, si celui‑ci est plus élevé.

« Le test de résistance réduit le risque que les emprunteurs ne puissent effectuer des paiements plus élevés plus tard », précise Robert McLister, fondateur de RateSpy.com (en anglais seulement). « Ça devient important lorsque, par exemple, les taux d'intérêt augmentent ou que le revenu d'un emprunteur diminue. »

Pourquoi le taux du test de résistance a‑t‑il baissé ?

Le taux de référence de la Banque du Canada a baissé, ce qui a entraîné une diminution du taux du test de résistance.

« Le taux minimal admissible correspond au plus courant des taux fixes de 5 ans affichés par les six grandes banques », explique M. McLister. « Le 17 juillet, il a baissé parce que plusieurs banques ont réduit leur taux de 5 ans de 5,34 % à 5,19 %. »

Dans quelle mesure la baisse du taux du test de résistance aura‑t‑elle une incidence ?

Une baisse du taux du test de résistance a peu d'impact sur votre pouvoir d'achat, mais c'est tout de même un changement.

« Une baisse de 0,15 % du taux d'admissibilité ne changera pas grand‑chose pour le secteur de l'immobilier. Par contre, ça pousse la psychologie du marché dans la bonne direction », dit McLister.

Tout compte fait, un taux minimum moins sévère stimule la demande du marché immobilier. Cependant, la simulation doit fluctuer de façon considérable (disons 0,50 %) pour que l'effet soit significatif, note McLister.

Baisses de taux éventuelles

Seul l'avenir nous dira si d'autres réductions du taux du test de résistance seront au rendez‑vous. Entre‑temps, si vous êtes curieux de savoir comment une baisse de ce taux vous affecte, je vous conseille de parler à un spécialiste en prêts hypothécaires.

Partager

Jetez un coup d'œil à notre livre numérique pour vous aider à réaliser votre rêve de devenir propriétaire.