Comment un couple âgé a trouvé ce qui lui convenait vraiment en libérant la valeur nette de sa propriété

Écrit par Sheryl Smolkin

Le mercredi 7 décembre 2016

Au cours de la dernière année, le prix moyen des maisons canadiennes a augmenté de 13 % (lien en anglais). Il n'est donc pas étonnant d'apprendre que même les Canadiens plus âgés possédant un fonds de retraite substantiel cherchent eux aussi à accéder à la valeur nette de leur résidence pour les aider à mieux financer leur retraite.

Pour plusieurs personnes âgées, ceci peut être réalisé par la vente de leur propriété puis par la location ou l'achat d'une propriété moins onéreuse, dans le même quartier ou dans un endroit plus petit et moins cher.

Vendre la maison familiale

Dave Dineen, un retraité, et son épouse ont essayé une plus petite résidence, une plus grande résidence puis enfin une résidence à leur mesure pour trouver la solution optimale qui leur permettrait de prendre leur retraite plus tôt et de beaucoup voyager. Tout d'abord, ils ont vendu leur maison familiale de Waterloo, en Ontario, et construit un chalet quatre saisons et acheté un condo d'une chambre dans la même ville.

« Notre valeur nette liée à l'immobilier est passée de 50 % à 35 %. Nous avons investi la différence et j'ai pu prendre ma retraite à 54 ans, bien que nous soyons une famille à revenu unique », explique-t-il.

Déterminer ce qui fonctionne pour vous

Bientôt, les Dineen ont réalisé que le chalet représentait trop de travail pour eux et que le condo à lui seul était trop petit, alors ils ont vendu ces deux propriétés pour acheter une nouvelle maison à deux chambres à Stratford, en Ontario. « Les frais de la maison s'élevaient à un peu plus que les frais combinés du chalet et du condo, mais puisque je tirais un certain revenu de petits contrats de consultation à la pige, ce n'était pas un problème. »

Quatre ans plus tard, ils sont arrivés au constat que leur résidence de Stratford était trop loin du centre-ville et que les répercussions de la neige en hiver étaient très désagréables, surtout lorsqu'ils étaient en voyage prolongé à l'extérieur du pays. « Heureusement, nous avons réussi à vendre la maison juste au bon moment et, l'été dernier, nous sommes revenus à Waterloo. Nous avons acheté un condo qui compte 100 pi2 de plus que notre propriété de Stratford, mais qui coûte moins cher. Nous adorons aussi le fait que nous pouvons maintenant marcher partout ».

Une propriété à la mesure de votre mode de vie

En passant, en plusieurs étapes, d'une propriété onéreuse entièrement payée à Waterloo à un condo moins cher dans la même ville, les Dineen ont accédé à de l'argent comptant qu'ils ont pu investir pour une retraite anticipée.

Avec le recul, Dave Dineen ne pense pas qu'ils auraient fait les choses différemment. « Mon épouse était une grande jardinière et il fallait qu'elle se fasse à l'idée de ne plus pouvoir jardiner avant d'être prête à vivre en condo. Mais après avoir construit le chalet, nous avons réalisé que nous n'étions pas prêts à arrêter de voyager. »

« Je crois que toutes ces décisions, bien que “mauvaises" en apparences, ont été nécessaires pour nous guider en fin de compte vers la bonne destination. Nous sommes très heureux à l'endroit où nous nous trouvons aujourd'hui, mais je ne crois pas que ça aurait été la bonne décision il y a cinq ans. »

Dave Dineen reconnaît que ses choix étaient propres à sa situation, mais il lance la suggestion suivante aux préretraités ou aux retraités qui envisagent un changement de mode de vie : libérer la valeur nette de leur propriété. « Il faut essayer de comprendre ce qu'on veut faire de notre temps puis chercher les occasions propices. Je connais beaucoup de gens qui se croient esclaves de la maison familiale où ils ont élevé leurs enfants. Ce n'était pas où nous souhaitions demeurer. »

Partager

Jetez un coup d'œil à notre livre numérique pour vous aider à réaliser votre rêve de devenir propriétaire.