Ce que j'ai appris en achetant une nouvelle maison

Écrit par Nicola Brown

Le lundi 11 février 2019

L'achat d'une nouvelle maison est à la fois l'une des expériences les plus excitantes et les plus stressantes de la vie. Je suis récemment passée du simple survol des propriétés sur le marché à la présentation d'une offre d'achat, et j'ai appris des choses très importantes en cours de route.

Une inspection résidentielle peut révéler bien des choses

Voici quelques exemples de ce que vous devriez apprendre grâce à l'inspection de la propriété :

  • Le toit : Quand a-t-il été installé ? Dans quel état est-il ? Recherchez les signes de déchets animaux sur les balcons supérieurs ou sur les rebords du toit — cela peut indiquer qu'un autre occupant apprécie aussi votre nouvelle maison. Vous voudrez également connaître l'état des gouttières. Les gouttières obstruées de façon chronique peuvent causer des dégâts d'eau et de la pourriture.

  • Chauffage et climatisation : Depuis combien d'années la chaudière et les climatiseurs sont-ils en service ? Leur durée de vie est généralement de 10 à 15 ans et les remplacer ensemble peut coûter environ 10 000 $. Au-delà de ça, de quand datent les fenêtres ? Les vieilles fenêtres non écoénergétiques peuvent rendre même les nouveaux systèmes de chauffage et de climatisation coûteux à opérer. Il en va de même pour l'isolation.

  • Sous-sol : Y a-t-il ou y a-t-il eu des signes de dégâts d'eau dans le passé ? Un sous-sol fini est un bel atout, mais il empêche aussi un inspecteur d'examiner correctement l'état des fondations. Méfiez-vous des rénovations rapido presto comme une cloison sèche nouvellement installée ou de la peinture épaisse sur la brique, la pierre et le béton.

  • Termites : Une inspection pour vérifier la présence de termites n'est pas toujours incluse dans un rapport d'inspection résidentielle, mais si vous achetez dans une région où ils seraient potentiellement présents, mieux vaut en faire la demande.

Quand le prix demandé semble trop beau pour être vrai

La magnifique maison que vous envisagez d'acheter surprend-elle par son prix d'aubaine, beaucoup plus bas que d'autres propriétés comparables dans le voisinage ? Même si les résultats de l'inspection semblent satisfaisants et que la maison paraît bien, il y a quelques considérations externes à ne pas perdre de vue.

  • Préoccupations liées à l'emplacement : Où se trouve la maison ? Est-elle située juste derrière une voie ferrée ou en face d'une centrale électrique ? Cela pourrait expliquer le rabais. Si vous pouvez le faire délicatement, essayez de parler aux voisins immédiats ou à quelqu'un qui habite la même rue pour connaître le fond de l'histoire. J'ai visité une jolie maison à Toronto qui partageait un mur avec une unité d'habitation où trop de gens étaient entassés dans un même espace. Les voisins avaient appelé la police à l'adresse à plusieurs reprises. J'ai reçu toute l'histoire d'un autre voisin.

  • Changements dans le quartier : Informez-vous au sujet des plans de développement potentiels des terrains avoisinants. Un emplacement idyllique peut, quelques années plus tard, se retrouver éclipsé par une tour de condominiums. Vous pouvez également vérifier s'il existe des règles relatives au patrimoine pour aider à préserver le cachet de la communauté. Et en plus de visiter la maison à vendre, n'oubliez pas de prendre connaissance de ce que vous verrez de l'autre côté de la rue !

Gardez votre sang-froid lorsque vous faites une offre

Contrairement à une vente aux enchères, il est impossible de savoir le montant que d'autres ont offert pour la propriété. Puisque vous n'avez qu'une seule chance, faites votre offre d'achat au prix qui vous conviendrait, en espérant qu'elle s'avère la meilleure aux yeux du vendeur.

  • La situation peut évoluer rapidement : vous pourriez n'avoir que quelques jours après avoir visité la propriété pour décider si vous voulez faire une offre, alors les émotions ont tendance à s'intensifier. Les samedis et dimanches, je visitais des maisons ayant des « portes ouvertes » et dont les dates limites pour les offres d'achat étaient le lundi ou le mardi!

  • N'oubliez pas les coûts supplémentaires outre le prix : renseignez-vous auprès de votre agent au sujet des droits de mutation immobilière si vous possédez déjà une propriété, des frais d'avocat (notaire au Québec) et de l'assurance des titres afin d'éviter toute surprise financière quand viendra le moment de payer tout ça.

En cas de doute, demandez à votre agent

Je croyais avoir une bonne maîtrise du processus d'achat d'une maison, mais j'ai appris qu'il y a un tas de choses à surveiller — plusieurs auxquelles je n'aurais jamais pensé seule. J'ai aussi appris comment calculer précisément le coût d'une nouvelle propriété au-delà du prix de vente.

La meilleure façon de vous assurer que vous êtes prêt à vous lancer est de demander à votre agent d'immeuble de vous expliquer le processus étape par étape et de poser des questions lorsque vous en avez.

 

Partager