On vous écoute

Par téléphone

24 h par jour, 7 jours par semaine
1-888-826-4374. Ou, si vous préférez, nous pouvons vous appeler

Par clavardage
Comptes d'épargne et Comptes-chèques

Lundi au vendredi : 8 h à 20 h HE
Fin de semaine : 9 h à 17 h HE

Investissements

Lundi au vendredi 8 h à 20 h HE

FAQ

Vous avez des questions ?
Consultez notre FAQ

En personne

Passez nous voir à l'un de nos emplacements Tangerine

Par la poste

3389 av. Steeles Est
Toronto, Ontario
M2H 0A1

Sur les réseaux sociaux

Rivaliser avec ses voisins, un phénomène bien réel !

Écrit par Kelley Keehn

Le vendredi 23 février 2018

Quand vous partez de la maison pour vous rendre au travail, observez bien votre quartier. Avez-vous déjà remarqué le nombre de voitures flambant neuves ou luxueuses que vous croisez ?

Vous êtes-vous déjà demandé avec quel argent vos collègues arrivent à s'acheter de nouvelles chaussures ou encore comment votre frère et sa famille peuvent se payer trois voyages par année ?

Et que dire de toutes leurs sorties au restaurant ? Où trouvent-ils l'argent ? Vous ne comprenez pas, parce que votre famille arrive à peine à joindre les deux bouts. Ils ne font pas plus d'argent que vous, pourtant, ils paraissent mener une vie jet set que, bien franchement, vous enviez parfois secrètement. Mais c'est normal, vous n'êtes pas les seuls.

De la poudre aux yeux

Autrefois, un pauvre avait l'air d'un pauvre. Si vous étiez riches, tout le monde le savait. Mais depuis qu'il existe le crédit, et surtout le crédit plus abordable et facilement accessible d'aujourd'hui, il est facile et attirant de vivre comme un gros bonnet en ne payant que les intérêts d'une dette croissante.

La peur de rater quelque chose est un phénomène bien réel. Dans une étude récente, l'économiste et professeur de l'Université de l'Alberta Barry Scholnick a découvert que pour chaque tranche de 1 000 $ gagnée par votre voisin à la loterie, la probabilité que vous fassiez faillite augmente de 2,4 %. Heureusement, il serait étonnant que votre voisin soit aussi chanceux, mais cela démontre que le phénomène ne tient pas seulement de la légende urbaine.

Laurie Campbell, PDG de Credit Canada (site en anglais), affirme ceci : « Rivaliser avec ses voisins est presque devenu un mantra ou un mode de vie, surtout depuis l'avènement des médias sociaux. Nous vivons dans un monde où nous faisons concurrence aux gens de notre entourage, mais aussi à de parfaits inconnus. Et cette compétition se retourne contre toutes les couches de la population, peu importe leur revenu.

Les dangers de vouloir se mesurer aux autres à tout prix

La tendance à vouloir rivaliser avec les autres est si dangereuse que, récemment, l'Agence de la consommation en matière financière au Canada (ACFC) nous a prévenus qu'un trop grand nombre de Canadiens utilisent leur domicile comme guichet automatique. De surcroît, les Canadiens bénéficiant d'une marge de crédit hypothécaire sont d'environ 40 % plus nombreux depuis 2011. Et l'ACFC s'inquiète des 40 % qui ne font que payer les intérêts sur ces marges de crédit. Cela signifie qu'au bout de deux ou trois ans, peut-être plus, les dettes ne sont toujours pas remboursées.

Mais pourquoi tombons-nous dans le piège de vouloir se mesurer aux autres, au risque de s'endetter ? Mme Campbell soutient que les Canadiens sont plus enclins à agir ainsi, car « non seulement ils croient qu'ils le méritent et qu'ils peuvent se le permettre, mais ils ont aussi l'impression de devoir le faire pour garder le même statut dans la société ».

Laurie Campbell offre ces conseils pour vous aider à vous prémunir contre des comparaisons financières déraisonnables :

  • Retenez ceci : la plupart des gens se préoccupent surtout d'eux-mêmes. Ils ne s'intéressent aux autres qu'à des fins de comparaison – ils veulent savoir quel est leur rang. Ils ne se préoccupent pas de vous en particulier. Qui tentez-vous vraiment d'impressionner en fin de compte si personne ne vous observe réellement ?
  • Concentrez-vous sur vous-même. Vous ne savez pas d'où provient vraiment l'argent des autres, s'ils sont endettés, aidés par leurs parents ou des proches.
  • Le bonheur est un état d'esprit, mais quand vous le voyez comme quelque chose d'extérieur à vous – comme le gadget dernier cri, une nouvelle histoire de cœur, un nouveau travail ou une voiture de l'année – vous n'êtes plus le maître de votre bonheur. Personne ne devrait faire reposer son bonheur sur l'apparence, car nous ne pouvons pas contrôler notre environnement à 100 %.

 

Partager