Les parents devraient-ils continuer de payer pour leurs enfants qui vont à l'université ?

Écrit par Nicola Brown

Le mardi 7 novembre 2017

Le moment où vos enfants quittent la maison pour aller à l'université marque un changement de mode de vie majeur tant pour vous que pour eux. Non seulement passent-ils vers les cycles d'éducation supérieurs, mais aussi vers une indépendance accrue, tant personnelle que financière. La banque parentale devrait-elle donc rester ouverte pendant toute la durée des études universitaires de vos enfants ?

Plusieurs parents qui subviennent entièrement aux besoins de leurs enfants pendant cette période cruciale ne veulent pas voir ceux-ci distraits par quoi que ce soit (surtout pas par des préoccupations d'ordre financier) afin qu'ils puissent tirer le meilleur parti de leurs études. D'autres ne veulent pas voir leurs enfants aux prises avec de grosses dettes après l'obtention de leur diplôme.

Le climat financier n'est plus ce qu'il était

Le climat financier a changé de façon relativement importante pour les étudiants et les nouveaux diplômés au cours des dernières décennies.

Alors qu'un diplôme universitaire représentait un atout très valorisé sur le marché du travail par le passé, le nombre croissant de diplômés universitaires partout au pays en a fait un élément qui ne permet plus de se démarquer autant qu'avant. Ceux et celles qui cherchent à se doter d'un atout similaire à celui qu'un diplôme de premier cycle a pu offrir à leurs parents se voient aujourd'hui forcés de s'endetter davantage en entamant des études supérieures ou en se lançant dans des programmes d'études complémentaires afin de se donner une longueur d'avance sur les autres. Pire encore, une étude récente (en anglais) concluait que les frais de scolarité avaient triplé au Canada au cours des 20 dernières années.

Il n'y a pas de réponse parfaite lorsqu'il s'agit de trouver la meilleure manière d'aider ses enfants financièrement pendant leurs études universitaires. Toutefois, certaines approches sont meilleures que d'autres. Voici certaines stratégies positives qui vous aideront à leur apporter le bon type de soutien financier.

Stratégies de soutien financier

La façon dont vous déciderez d'apporter un soutien financier à vos enfants pendant leurs études universitaires dépend de plusieurs facteurs importants. Économiseront-ils en continuant à vivre à la maison ou partiront-ils vivre en résidence dès la première année ? Ont-ils choisi un programme intensif très exigeant ou une charge de cours plus réaliste ? Peuvent-ils compter sur d'autres sources de soutien financier, comme une bourse d'études ? Quel est le coût de la vie moyen dans la ville où l'université est située ?

Prévoyez un moment pour vous asseoir avec eux et passez en revue toutes les dépenses qui les attendent au cours de leur première année. Assurez-vous qu'ils comprennent vraiment le coût réel des choses avant de discuter de la façon dont vous pourrez les aider financièrement.

1. Une aide incitative et limitée

Au moment de déterminer le type d'aide financière que vous apporterez, envisagez d'établir un système qui encouragera ce soutien tout en le délimitant. Par exemple, vous pourriez accepter de couvrir les dépenses liées aux études, comme les frais de scolarité et les livres, mais pas les vêtements ou les divertissements. Si vous souhaitez aller un peu plus loin, vous pourriez aussi proposer de verser une somme équivalente aux revenus d'un emploi à temps partiel ou d'offrir des récompenses supplémentaires en reconnaissance de bonnes notes, de bénévolat ou d'engagement communautaire. Vous pouvez aussi ouvrir un compte d'épargne cumulant des intérêts, afin que votre enfant puisse accéder aux fonds en cas de besoin.

2. Des prêts étudiants maison

Certains parents décident de créer un prêt sans intérêt pour la durée des études universitaires de leurs enfants, jusqu'à ce qu'ils trouvent un emploi après l'obtention de leur diplôme. Cette stratégie permet d'offrir une solution plus souple que les prêts étudiants ou bancaires traditionnels. Les modalités de remboursement du prêt peuvent comprendre une mensualité fixe ou un pourcentage du salaire. Comme c'est un prêt maison, vous pouvez discuter des options les plus souples qui conviennent le mieux à toute la famille. Vous pouvez même décider de renoncer au remboursement d'une partie du prêt si vos enfants trouvent un bon stage ou sont acceptés dans un programme d'études complémentaires une fois leur diplôme obtenu.

3. Un suivi des dépenses régulier

Votre enfant doit être conscient de son budget et de ses dépenses, et en faire le suivi de façon proactive, même en ce qui a trait aux dépenses que vous avez accepté de payer ou pour lesquelles vous voulez bien les aider. L'une des façons de s'en assurer est de leur demander de remplir une feuille de calcul toutes les deux semaines ou chaque mois, comprenant le détail de toutes leurs dépenses jusque-là. Assurez-vous que cela comprenne tout, y compris les frais de scolarité, les livres, le transport, les repas, les divertissements et les dépenses diverses. Il est important qu'ils puissent constater la rapidité à laquelle chaque petite dépense occasionnelle peut gonfler la facture au fil du temps.

4. Ne volez pas toujours à leur secours

En cas d'ennuis financiers, ce n'est pas toujours une bonne idée d'aller à leur rescousse en déployant un filet de sécurité. Sentir le poids de difficultés financières fait partie de l'expérience et aide à comprendre la valeur de l'argent. Souvent, cela peut servir de leçon de façon mémorable. Un vrai budget a ses limites. Peut-être que cela signifiera de devoir annuler la sortie du samedi ou d'attendre quelques semaines de plus pour acheter de nouvelles chaussures. Le fait de laisser les erreurs financières de vos enfants suivre leur cours quand ils sont encore jeunes peut les aider à éviter des écueils plus importants plus tard dans leur vie.

En planifiant soigneusement une aide financière, vous pouvez aider vos enfants à se concentrer sur leurs études plutôt que sur l'argent, tout en les préparant à affronter les défis financiers qui les attendront après leur diplôme.

Partager