Gérer son argent quand on est propriétaire d'une petite entreprise

Écrit par Robin Taub

Le vendredi 6 avril 2018

Lorsque j'ai quitté mon emploi dans le domaine de la Bourse chez Citibank Canada pour un avenir incertain en tant que conseillère indépendante, je savais exactement ce que je laissais tomber : une paye régulière et des avantages sociaux comme des opérations bancaires gratuites, une assurance maladie, une cafétéria subventionnée ainsi qu'une prime annuelle. Pourquoi, alors, ai-je quitté tout ça ? Comme la plupart des entrepreneurs, je l'ai fait pour la liberté, la flexibilité et le défi d'être ma propre patronne.

Liquidités

Quand on est entrepreneur, on doit souvent porter plusieurs chapeaux. On est responsable des ventes et du marketing, de l'administration et bien sûr, de livrer le produit ou le service en question. Les liquidités — l'argent qui rentre et qui sort — sont l'élément vital de toute entreprise. Mais elles peuvent être imprévisibles et ça peut représenter un aspect difficile pour les petites entreprises qui ont un accès limité à d'autres sources de financement. Jenifer Bartman (lien en anglais), conseillère aux entreprises et elle-même propriétaire d'une petite entreprise, recommande aux entrepreneurs d'être assidus dans la gestion de leurs propres liquidités, de les vérifier fréquemment, au moins une fois par semaine et peut-être même chaque jour, afin de s'assurer qu'il y a suffisamment de fonds pour garder l'entreprise à flot.

Comptes débiteurs

À moins que vos ventes ne soient en argent comptant seulement, vous faites probablement crédit à vos clients. Considérez exiger d'être payé en 30 jours ou moins pour que l'argent rentre plus rapidement. Il est aussi important de garder à l'œil vos comptes débiteurs — en d'autres mots, ce que vos clients vous doivent. Des outils comme des logiciels de comptabilité vous aideront non seulement à enregistrer vos transactions d'affaires (revenus, dépenses, recouvrements), mais produiront aussi des rapports comme des relevés de liquidités et des rapports sur l'ancienneté des comptes débiteurs. Un rapport d'analyse de l'âge des comptes débiteurs vous dira depuis combien de temps une facture est en souffrance, facilitant ainsi vos efforts de recouvrement.

Crédit

Lorsque vos clients ne vous payent pas rapidement, vos liquidités peuvent devenir serrées. Les entrepreneurs se tournent souvent vers des sources de crédit facilement accessibles, mais dispendieuses (avec des taux d'intérêt d'au moins 20 % par année). « Nous avons fini par utiliser nos cartes de crédit personnelles, soit parce que notre entreprise n'est pas admissible à une carte de crédit ou si elle l'est, la limite de crédit est trop basse », explique Jonathan Farber (lien en anglais), un propriétaire de petite entreprise à Toronto. Une autre option est de prendre une marge de crédit hypothécaire, moins coûteuse, afin d'obtenir du financement à court terme jusqu'à ce que plus d'argent rentre ou jusqu'à ce que vous puissiez prendre une marge de crédit d'exploitation.

Comptes fournisseurs

Tentez de gérer vos comptes fournisseurs ainsi que l'argent qui en sort, y compris les montants dus aux fournisseurs et au gouvernement, comme pour les acomptes provisionnels d'impôt.

Acomptes provisionnels

Contrairement aux employés, dont l'impôt est déduit directement de leur chèque de paye, si vous êtes travailleur autonome, vous devez verser vous-même votre impôt à l'Agence du revenu du Canada (ARC). Vous devez payer des acomptes provisionnels si le montant total de l'impôt que vous devez est supérieur à 3 000 $ pour l'année en cours et les deux années précédentes (le montant est différent pour ceux qui vivent au Québec). Les acomptes provisionnels sont dus trimestriellement, les 15 mars, 15 juin, 15 septembre et 15 décembre. L'ARC vous enverra un rappel qui vous expliquera vos options pour le montant de chaque acompte.

Pendant votre première année à titre de travailleur autonome, il se peut que vous n'ayez pas à effectuer d'acomptes provisionnels. Toutefois, si votre entreprise est rentable, il serait judicieux de mettre de côté une portion de vos gains à l'aide d'un transfert automatique mensuel afin de couvrir le montant qui sera dû le prochain mois d'avril. Autrement, vous pourriez vous retrouver avec une grosse facture d'impôt à payer et aucuns fonds pour la payer.

Bien que certains soutiennent que la sécurité d'emploi n'existe pas, être travailleur autonome implique souvent plus de risques. Ce n'est pas parce que vous avez eu une bonne année l'an passé que vous allez en avoir une cette année ou la suivante. Mais il est toujours possible de tenter le coup, et surtout de planifier et de se préparer.

Citibank est une marque de commerce de Citigroup, inc.

Partager