Dépenser judicieusement permet de se payer des petits luxes

Écrit par Kelley Keehn

Le lundi 4 juin 2018

Si vous essayez de vous remettre sur les rails, financièrement parlant, vous avez certainement entendu ces conseils un million de fois. Abandonnez votre café latté, apportez votre dîner au travail et oubliez votre liste de choses à faire avant de mourir. Mais est-ce vraiment le secret du succès d'une vie financière équilibrée ?

Plusieurs experts financiers s'entendent pour dire que si les Canadiens portaient seulement attention aux gros problèmes et gaspillages financiers de leur vie, ils pourraient se payer plusieurs petits plaisirs quotidiens qui font que la vie vaut la peine d'être vécue.

Sheila Walkington, planificatrice financière agréée et cofondatrice de Money Coaches Canada, est d'accord. « Je vois ça tout le temps. Je ne vois pas vraiment les gens faire des sacrifices, mais je les vois faire des erreurs absurdes, comme ne pas rembourser au complet le solde de leur carte de crédit. »

Voici quelques exemples de comment des choix avisés pour de grosses dépenses peuvent vous permettre de vous payer de petits luxes.

Choix avisé : éviter d'acheter un nouveau véhicule tous les deux ou trois ans

Il y a de fortes chances pour que, si vous regardez autour de vous lorsque vous vous rendez au travail, vous voyiez beaucoup de voitures neuves et luxueuses. Mais le luxe coûte cher. Le coût moyen d'une voiture est de 21 352 $. Au moment même où vous sortez du stationnement du concessionnaire, elle perd 11 % de sa valeur ! C'est énorme, n'est-ce pas ? Trois ans plus tard, elle a perdu 10 947 $, la moitié de sa valeur !

Ce sacrifice vous permettrait de vous payer : un café de luxe tous les jours

Si vous vous payez chaque jour un café latté à 5 $ pendant 365 jours, ça vous coûterait 5 475 $ sur trois ans. Si, dans l'exemple mentionné plus haut, vous aviez gardé votre voiture pendant au moins six ans, vous auriez épargné 10 947 $ en dépréciation. Ce qui équivaut à six ans de café ou de n'importe quel autre petit luxe qui pourrait vous faire plaisir.

Choix avisé : éviter de payer uniquement le montant minimum sur sa carte de crédit

L'Association des banquiers canadiens rapporte que 58 % des Canadiens remboursent leur carte de crédit au complet chaque mois, mais le titulaire moyen doit 3 954 $. Si, par exemple, ce solde figure sur une carte de crédit d'un grand magasin imposant 29 % d'intérêt annuellement, en ne payant que le montant minimum (et pas un cent de plus), selon la calculatrice de l'Agence de la consommation en matière financière du Canada, ça prendrait 5 ans et 9 mois pour rembourser entièrement la dette et ça coûterait 4 141,41 $ en intérêt. Le montant de l'intérêt est plus élevé que le montant dû à l'origine !

Ce sacrifice vous permettrait de vous payer : l'un des éléments de votre liste de choses à faire avant de mourir

Si vous décidiez d'abandonner le coût élevé associé au fait de traîner des soldes de carte de crédit, imaginez ce que vous pourriez vous payer avec la somme de 4 141,41 $ en intérêt épargné. Peut-être un voyage à cet endroit où vous avez toujours rêvé d'aller ?

Choix avisé : rembourser le capital de son hypothèque

Le Canadien moyen détient une hypothèque d'environ 200 000 $. Si cette hypothèque est assortie d'un taux fixe de 5,00 % sur 5 ans et d'une période d'amortissement de 25 ans, le coût de cette hypothèque (si le taux d'intérêt n'augmente jamais), serait de 148 963 $. Mais si vous payiez 200 $ de plus par mois (un peu moins de 7 $ par jour), vous économiseriez 41 256 $ ! (Remarque : N'oubliez pas de vous informer sur vos options de remboursement anticipé d'hypothèque afin d'éviter de payer des frais ou des pénalités potentiellement associés au remboursement anticipé.)

Ce sacrifice permettrait de vous payer : un congé du travail

Pouvez-vous imaginer prendre un congé sabbatique de trois mois ? C'est tout à fait possible si vous connaissez vos dépenses mensuelles et que vous planifiez à l'avance.

Selon Sheila Walkington, « tout cela se résume à avoir un plan : combien pouvez-vous vous permettre en petits plaisirs, combien êtes-vous prêt à épargner et quelle proportion de vos dettes êtes-vous prêt à rembourser ? Globalement, vous devez établir un plan afin de connaître les chiffres, ce que vous pouvez vous permettre de faire et ce que vous ne pouvez pas faire. »

Partager