Conseils pour protéger votre carte de crédit

Écrit par Anne Papmehl

Le mercredi 18 septembre 2019

Les cartes de crédit simplifient le magasinage : les achats courants sont faciles comme tout, il suffit de taper, de cliquer ou de glisser. Mais ce côté pratique comporte certains risques – pour votre argent, pour votre cote de crédit et pour votre réputation.

Heureusement, vous pouvez poser certains gestes pour vous protéger contre la perte, le vol et la fraude liés à vos cartes de crédit.

Conseils pour contrer la perte ou le vol de votre carte de crédit

  • Ne prêtez jamais votre carte de crédit à qui que ce soit.
  • Ne dévoilez jamais le NIP ou le mot de passe de votre compte de carte de crédit.
  • Ne choisissez pas un NIP ou un mot de passe facile à deviner.
  • Dans un lieu public, ne laissez jamais votre sac à main, votre portefeuille, ni notre appareil mobile sans surveillance.

Pour mieux vous protéger contre la fraude et le vol d'identité, faites attention aux endroits où vous utilisez votre carte de crédit ainsi qu'à la façon dont vous l'utilisez, et évitez de divulguer des renseignements personnels ou des renseignements susceptibles de vous identifier, comme un NIP ou un mot de passe.

Attention aux réseaux Wi-Fi publics

« La plupart du temps, la fraude par carte de crédit est à caractère transactionnel et elle peut se produire en ligne », met en garde Cyrus Hojjati, gestionnaire principal de la gouvernance et des opérations en matière de fraude chez Tangerine. Et bien qu'il soit sage d'éviter les sites douteux et non sécurisés, la fraude par carte de crédit n'est pas toujours commise depuis un site vulnérable étranger ou inconnu.

« Les opérations que vous effectuez avec votre carte sur un réseau sans fil public peuvent compromettre votre numéro de carte de crédit : méfiez-vous des logiciels espions ou malveillants, même si vous faites vos achats sur le site d'un commerçant local fiable », ajoute-t-il.

Pour mieux se protéger, le consommateur doit être prudent lorsqu'il inscrit ses renseignements personnels ou toute autre donnée bancaire sur un réseau sans fil public. Il faut s'assurer que le Wi-Fi est sécurisé.

« Les opérations bancaires et les opérations par carte de crédit en ligne sont sans conteste la voie de l'avenir et les banques ont mis en place d'importantes mesures de cybersécurité pour les protéger. Mais il n'en reste pas moins que le consommateur doit faire attention aux sites où il fait ses achats et à la façon dont il effectue ses opérations », souligne Cyrus Hojjati.

Attention aux traces que vous laissez dans les médias sociaux

C'est génial de pouvoir communiquer avec sa famille et ses amis sur les médias sociaux, mais des renseignements comme votre nom, votre date de naissance et votre adresse sont parfois tout ce dont un escroc a besoin pour obtenir une carte de crédit à votre nom.

« Bien que de nouveaux processus compliquent la tâche des fraudeurs, ce genre de fraude existe encore et, souvent, c'est parce que les gens s'y exposent en donnant certains renseignements en ligne », déplore Cyrus Hojjati.

Nous recommandons de ne pas donner de renseignements comme votre date de naissance complète sur Facebook ni sur aucun autre médial social (n'indiquez pas l'année, par exemple) et d'activer les paramètres de confidentialité pour vous assurer que seules les personnes invitées à faire partie de votre réseau ont accès à votre profil et à vos publications.

Attention aux escroqueries par téléphone et par courriel

Le consommateur doit être vigilant pour ne pas tomber dans le piège de l'hameçonnage ou de la fraude téléphonique, songeons aux prétendus appels de l'Agence du revenu du Canada par exemple. Mais ce ne sont pas les seules escroqueries possibles. Avant de baisser la garde, sachez qu'un fraudeur a plus d'un tour dans son sac.

Plus de 3 000 Canadiens ont été victimes de la plus récente escroquerie téléphonique offrant de faibles taux d'intérêt (lien en anglais seulement) : un agent appelle pour offrir un taux d'intérêt plus bas sur votre carte de crédit moyennant des frais uniques. Si la cible accepte l'offre, l'agent lui demande de vérifier le numéro de la carte, la date d'expiration et le code de sécurité. En divulguant ces renseignements, non seulement le titulaire de la carte donne au fraudeur de précieux renseignements que ce dernier pourra vendre à d'autres qui cherchent à commettre un vol d'identité, mais il pourrait se voir facturer des centaines, voire des milliers de dollars.

Ne donnez jamais de renseignements personnels au téléphone sans savoir à qui vous vous adressez et sans avoir pris des mesures pour confirmer l'identité de votre interlocuteur. « Si la personne affirme vous appeler de telle ou telle banque, demandez-lui à quel numéro vous pouvez la joindre et de vous donner un numéro de référence, puis vous appelez au numéro que vous avez dans vos dossiers pour cette banque pour vous assurer que ce n'était pas un faux appel », suggère Cyrus Hojjati.

Si vous voulez discuter de la réduction du taux d'intérêt de votre carte de crédit ou d'une solution pour le remboursement de votre solde, adressez-vous d'abord à l'institution qui a émis la carte.

Précautions pour les voyageurs

Lorsque vous partez en voyage, d'autres mesures de précaution sont de mise : par exemple, conservez votre carte de crédit sur vous ou dans un endroit sécurisé, comme un coffre-fort à l'hôtel dont vous êtes le seul à connaître le code.

Vous pouvez dire à votre banque que vous partez en voyage pour qu'elle puisse être à l'affût de toute opération suspecte, puis faites preuve de la même prudence que lorsque vous utilisez votre carte au pays.

Protégez votre NIP

La protection de votre NIP est essentielle à la protection de votre carte de crédit : ne le dévoilez à personne. « En cas de perte ou de vol, vous pourriez être tenu responsable, selon les modalités de l'entente que vous avez signée avec votre banque si celle-ci se rendait compte que vous n'avez pas pris les mesures nécessaires pour protéger votre NIP ou votre carte, ou si vous n'avez pas signalé l'incident dans les plus brefs délais », prévient Cyrus Hojjati.

Compliquez la tâche des éventuels escrocs en inventant un NIP difficile à deviner. « Évitez tout ce qui est trop évident, comme votre date de naissance, votre adresse, le nom d'un membre de votre famille ou celui de votre animal », suggère Cyrus Hojjati.

Inscrivez-vous aux alertes à la fraude

Enfin, signalez sur-le-champ tout vol, perte de carte ou opération non autorisée à votre institution financière. Pour ce faire, vous devez examiner fréquemment vos relevés et l'historique de votre compte. D'habitude, les institutions financières ne tiennent pas le client responsable des achats non autorisés à moins que celui-ci n'ait pas respecté les conditions de l'entente qui, normalement, prévoit que le titulaire de la carte a l'obligation de signaler ce genre de problèmes à la banque.

Pour vous protéger encore plus, inscrivez-vous auprès de l'institution émettrice de la carte et auprès de votre banque ou d'une agence d'évaluation du crédit pour détecter les activités et les demandes de crédit non autorisées.

Partager