Comment obtenir son diplôme avec une dette étudiante minimale

Écrit par Preet Banerjee

Le mardi 18 septembre 2018

Quand j'étais plus jeune, deux de mes amis du secondaire avaient dépensé tout leur prêt étudiant pour partir en voyage en Europe. Ils avaient quand même réussi à défrayer leurs droits de scolarité universitaires et leurs frais de subsistance en travaillant à temps partiel et en accumulant des dépenses sur leurs cartes de crédit. Après avoir obtenu leur diplôme, ils ont dû pédaler un peu plus pour se sortir du gouffre de dettes qu'ils avaient accumulées.

Avec du recul, tout devient évident. Mais si vous croyez que la « vie réelle » commence seulement après avoir obtenu votre diplôme, vous pourriez réaliser que vous avez déjà quelques années de retard à rattraper le jour de la collation des grades. La vie réelle commence au premier jour de vos études postsecondaires — et même avant, pour certains, financièrement parlant.

La plupart des gens comprennent le principe de base d'un budget : vos dépenses doivent être moindres que vos revenus pour que vous puissiez avoir un surplus. Mais comme les étudiants ne disposent que d'un faible revenu, quand il n'est pas carrément inexistant, est-il seulement pratique de faire tout de même un budget ?

La réponse est : oui ! Absolument !

S'efforcer de réduire ses dépenses au strict minimum est essentiel à toutes les étapes de la vie. À tout le moins, vos dépenses ne devraient pas excéder la totalité de vos prêts étudiants et de vos revenus d'emplois occupés pendant vos études. Techniquement parlant, vous devriez comparer vos revenus à vos dépenses uniquement pour déterminer si vous avez un surplus, un budget équilibré ou un déficit. J'expliquerai pourquoi, puis je vous donnerai un point de vue différent pour vous aider à mieux gérer votre budget étudiant. Espérons que ça ne sera pas aussi déprimant que ça en a l'air…

Si, en tant qu'étudiant, les revenus de votre emploi d'été s'élèvent à 10 000 $, mais que vos droits de scolarité et vos dépenses, eux, s'élèvent à 20 000 $, vous aurez un déficit de 10 000 $ pour l'année. En clair, un déficit survient lorsque vos dépenses dépassent vos entrées d'argent. Un déficit diffère d'une dette. Une dette est une obligation de rembourser. Dans ce cas, lorsque vous empruntez 10 000 $ pour couvrir ce déficit, le prêt étudiant constitue la dette qui en résulte. Mais si vous faisiez ceci pendant 4 années consécutives, vous auriez un déficit de 10 000 $ chaque année, mais une dette cumulative de 40 000 $.

Voilà de quoi vous démoraliser. Toutefois, afin de préparer votre budget pour l'année scolaire, vous pourriez envisager le montant total de vos revenus (si vous en avez) plus le déboursement de votre prêt étudiant pour l'année comme étant votre « revenu » — ou mieux, le montant limite que vos dépenses ne devraient pas excéder.

Afin d'y arriver, vous devrez prévoir vos dépenses. Si celles-ci dépassent votre revenu, vous devrez les couper. L'autre possibilité est de cumuler les dépenses sur vos cartes de crédit en plus de vos prêts étudiants. Mais vous risquez alors de quitter l'université avec une dette de 50 000 $ ou de 60 000 $, plutôt que de 40 000 $ — sans oublier que vos cartes de crédit imposent des taux d'intérêt bien plus élevés que les prêts étudiants.

Le fait que de nombreux étudiants quittent l'université avec une dette indique qu'ils accusaient déjà d'un déficit durant leurs études. Malheureusement, cela est en grande partie inévitable pour plusieurs d'entre nous. Par contre, il est possible d'éviter de cumuler un déficit plus élevé que nécessaire. En maintenant un budget adéquat durant vos années d'études, il est possible que vous ayez obtenu 40 000 $ en prêts étudiants, mais que vous deviez rembourser seulement 20 000 $ après vos études.

Partager