3 erreurs que j'ai faites en me remettant à l'exercice

Écrit par Sara Jane Breault

Le lundi 18 juin 2018

On expérimente tous, à un moment donné, un déclic qui nous dit: ça y est, je me remets en forme, c'est le bon moment pour le « nouveau moi ». Si se remettre à l'exercice est fantastique, il n'en reste pas moins qu'on peut commettre quelques erreurs coûteuses, si on ne fait pas attention, dans notre quête de la bonne forme physique.

Ce fut mon cas à de multiples reprises. Que voulez-vous, j'apprends vite, mais on doit m'expliquer longtemps! Dans le but de vous éviter de faire mes erreurs ou de vous reconnaître dans celles-ci (si j'arrive trop tard), voici trois erreurs critiques que j'ai faites à maintes reprises lors de mes multiples tentatives de redevenir la personne sportive que j'ai été au tournant de la vingtaine.

  1. Penser que je pouvais reprendre le sport comme si le temps n'avait pas fait son œuvre

Cette erreur est probablement la plus douloureuse, tant au niveau financier que physique. Lors de mon passage au secondaire, j'étais très en forme. Je pouvais faire 50 km de ski de fond, prendre 2 ibuprofènes en me couchant et recommencer le lendemain matin. Plus maintenant.

La dernière fois que j'ai tenté ça, j'ai dû aller consulter un chiropraticien en urgence et effectuer un suivi en physiothérapie pour simplement me remettre à fonctionner normalement. Même avec de l'assurance maladie, ça fait un trou dans un budget.

À présent, j'y vais plus mollo avec mon corps, parce que si je veux pouvoir continuer jusqu'à la fin sans trop de bobos, je dois être à l'écoute des messages qu'il m'envoie. Mon portefeuille ne s'en porte que mieux lui aussi!

  1. Investir dans plein d'équipement après 2 semaines, parce que « j'aime tellement ça! »

Je suis du genre excessif. Oui, j'épargne, oui, je fais attention à comment je dépense mon argent, mais parfois, je peux justifier des dépenses un peu ridicules parce que « c'est pour me remettre en forme et je le vaux bien ».

La plupart du temps, j'ai abandonné la pratique du sport en question après quelques mois, voire quelques semaines. J'ai encore mal au cœur en pensant au sac à dos de randonnée à 300 $ qui a servi pour... une randonnée. Maintenant, j'essaie d'emprunter l'équipement pour l'essayer avant d'investir un peu trop, mais je fais encore quelques petites folies ici et là, que voulez-vous, on ne peut pas toujours être sage.

  1. Choisir un sport qui ne va pas avec mon style de vie

Je me suis rendu compte au fil des années que je tombe en amour avec l'idée de moi qui pratique ce nouveau sport. J'aime l'idée de moi, en randonnée chaque fin de semaine, mais en réalité, c'est impossible à faire. Nous sommes propriétaires d'un immeuble à revenu et d'une maison en cours de rénovations majeures et chaque fin de semaine amène son lot de petites et grosses choses à faire.

J'ai voulu pratiquer un sport avec mon amoureux, qui lui, préfère les sports d'équipe. On s'est inscrits dans une ligue de garage de volleyball. Sauf que moi, je n'aime pas vraiment les sports d'équipe. J'aime pouvoir faire du sport quand j'en ai envie, sans que personne ne compte sur moi pour une pratique ou un match.

Depuis que j'ai compris ça, j'ai laissé tomber la culpabilité qui entoure ma non-pratique de certains sports. Ça coûte moins cher en frais d'inscription non remboursables...

Partager