Top 5 : les cyberarnaques à éviter

Écrit par Kelley Keehn

Le jeudi 5 novembre 2020

Les fêtes approchent à grands pas. Il y a fort à parier que la plupart des gens feront leurs achats en ligne cette année. Cela signifie que les fraudeurs chercheront également à en tirer profit.

Selon le Centre antifraude du Canada (CAFC), 39 696 cas de fraude ont été signalés, 18 533 personnes en ont été victimes et 67,2 millions de dollars ont été perdus au cours des 9 premiers mois de 2020. Aussi alarmants que ces chiffres puissent paraitre, cela ne représente qu'une fraction du réel dommage causé aux Canadiens dans la mesure où, selon le CAFC, moins de 5 % des victimes de fraude signalent avoir été flouées. Le chiffre réel est donc beaucoup plus élevé.

Si vous prévoyez de faire vos achats en ligne pour les fêtes, familiarisez‑vous avec ces arnaques perpétrées au cours de la dernière année. Assurez‑vous de savoir comment repérer les signaux d'alarme afin d'éviter de vous faire prendre au piège.

Le top 5 des arnaques en ligne à surveiller

1. Marchandises : Il peut s'agir de fausses petites annonces, de revente, ou encore de fausses annonces d'entreprise pour une panoplie de choses, comme des spectacles, des chiots, des vêtements, des logements ou des services de location. Bref, les annonces de produits ou de services que vous voyez en ligne ne sont pas toutes fiables.

2. Service : Il s'agit de fausses offres de services, tels que le nettoyage de conduits ou la réparation de systèmes de chauffage, mais aussi de fausses demandes émanant d'une banque ou d'un gouvernement. On trouve également des arnaques liées à l'immigration qui consistent à offrir des services d'immigration simples ou bon marché sur des sites Web qui ont l'air officiels.

3. Vente de marchandises par le plaignant : Cette arnaque repose sur la publication d'une annonce légitime pour vous‑même ou pour votre entreprise. Les fraudeurs vous contactent ensuite et tentent de vous soutirer de l'argent en vous envoyant des paiements fictifs. Ils vous envoient un faux chèque d'un montant supérieur au prix demandé et vous demandent ensuite de leur renvoyer l'excédent. Vous vous retrouvez floué du plein montant.

4. Emploi : Les fraudeurs vous offrent des centaines de dollars pour « habiller votre voiture » d'un logo d'entreprise, postuler pour devenir un responsable du traitement des paiements (« agent financier ») ou un client mystère. Ils vous font parvenir un chèque contrefait et vous demandent ensuite de leur renvoyer l'excédent. Les paiements peuvent également être effectués sous forme de cartes‑cadeaux de faible valeur.

5. Marchandises contrefaites : Il arrive qu'une occasion semble trop belle pour être vraie. Les faussaires créent de faux sites Web qui ressemblent aux vrais, mais qui proposent des produits de qualité inférieure pouvant même présenter des risques pour la santé.

Les conseils du Centre antifraude du Canada pour éviter de se faire prendre au piège

  • Attention aux prix fortement réduits, par exemple 70 % ou 80 % de réduction.
  • Attention aux fautes d'orthographe ou aux références au produit.
  • Méfiez‑vous des animaux de compagnie offerts à un prix inférieur à la valeur du marché ou même gratuitement. Rencontrez et achetez toujours un animal de compagnie en personne.
  • Avant d'acheter, assurez‑vous de vérifier les coordonnées de l'entreprise (adresse, numéro de téléphone, adresse électronique).
  • Consultez des évaluations clients provenant de sources tierces. Les évaluations fournies à même un site Web peuvent être falsifiées.
  • Attention où vous publiez votre CV. Les arnaqueurs utilisent des sites Web légitimes pour trouver des victimes.
  • Prenez le temps de vous renseigner sur un employeur et de confirmer qu'il embauche.
  • N'acceptez jamais un chèque et une demande de renvoi du « surpaiement ».
  • Soyez à l'affût des offres d'emplois qui exigent un paiement au préalable. Jamais une offre d'emploi légitime ne vous demanderait de l'argent pour y postuler.

Faites affaire avec ceux que vous connaissez

En cas de doute, optez pour les sites Web bien connus et auxquels vous faites confiance. La plupart des magasins à grande surface ont des sites Web officiels et vos commerçants locaux offrent probablement aussi des options en ligne.

Partager