On vous écoute

Par téléphone

24 h par jour, 7 jours par semaine
1-888-826-4374. Ou, si vous préférez, nous pouvons vous appeler

Par clavardage
Comptes d'épargne et Comptes-chèques

Lundi au vendredi : 8 h à 20 h HE
Fin de semaine : 9 h à 17 h HE

Investissements

Lundi au vendredi 8 h à 20 h HE

FAQ

Vous avez des questions ?
Consultez notre FAQ

En personne

Passez nous voir à l'un de nos emplacements Tangerine

Par la poste

3389 av. Steeles Est
Toronto, Ontario
M2H 0A1

Sur les réseaux sociaux

Principales arnaques à éviter en 2018

Écrit par Kelley Keehn

Le mercredi 28 mars 2018

En 2017, le Centre antifraude du Canada (CAFC) a reçu 71 793 plaintes concernant des fraudes de marketing de masse pour un total rapporté en pertes de 110 329 034,47 $. Protégez-vous des 10 arnaques les plus populaires cette année :

 1. Extorsion

Selon le CAFC, les stratagèmes d'extorsion peuvent prendre diverses formes. « Les plus fréquentes impliquent des fraudeurs qui appellent des consommateurs en se faisant passer pour l'Agence du revenu du Canada (ARC) et déclarant qu'un récent examen de leur dossier a identifié des incohérences dans des déclarations de revenus passées. Un remboursement est exigé immédiatement. Les fraudeurs menacent les consommateurs que le défaut de payer résultera en frais additionnels et/ou de la prison ou même la déportation. Les fraudeurs exigent le paiement par l'entremise d'une entreprise de services monétaires ou sous forme de cartes prépayées ou de cartes-cadeaux (comme iTunes). »

2. Encore et toujours de l'hameçonnage (ne mordez pas)

Jessica Gunson, responsable du Centre d'appels et de l'Unité de Réception des plaintes du Centre antifraude du Canada explique : « les courriels d'hameçonnage traditionnels sont conçus pour tromper la victime et lui faire croire qu'elle est en train de traiter avec une entreprise légitime. Ces courriels sont envoyés avec l'intention de recueillir des renseignements personnels et financiers qui pourraient ensuite être utilisés pour le vol et la fraude d'identité. Les tendances actuelles comprennent des courriels envoyés par des fraudeurs se faisant passer pour PayPal, l'Agence du revenu du Canada, des institutions financières ou des fournisseurs de courriel. »

Si vous avez été victime d'hameçonnage, prenez immédiatement des mesures afin de protéger votre identité – communiquez avec EquifaxTransUnion, toutes vos institutions financières, la police et le Centre antifraude du Canada.

3. Fraude de service

 

Cette escroquerie implique un faux technicien de Microsoft/Windows qui vous appelle en prétendant que votre ordinateur a un virus dont il peut se débarrasser (en réalité, il ne peut pas et tente seulement d'avoir accès à votre ordinateur), puis, une fois que vous êtes infecté par son virus, il vous dirige vers la succursale de Western Union la plus proche de chez vous pour que vous lui transfériez de l'argent.

Le CAFC met en garde contre une nouvelle méthode qui « implique des victimes passées qui sont appelées et à qui on dit que la compagnie originale de réparation a déclaré faillite et envoie des remboursements pour services rendus. Les victimes se font dire qu'un transfert sera envoyé afin de rembourser les sommes payées. Les victimes recevront un transfert plus élevé que la somme payée (p. ex., 3 900 $ au lieu de 390 $). Les victimes sont averties de l'erreur et on leur demande de renvoyer la différence – souvent par l'entremise de Western Union ou de MoneyGram. Après avoir fait le transfert, les victimes réalisent que le remboursement original était faux et qu'il avait été transféré de leur propre marge de crédit. »

4. Renseignements personnels

Cette arnaque pourrait impliquer quelqu'un qui vous appelle, vous envoie un courriel ou vous envoie un message texte afin de tenter de vous soutirer des renseignements personnels comme votre numéro de carte de crédit, votre nom, votre date de naissance, votre numéro d'assurance sociale et bien d'autres renseignements. Ne donnez jamais vos renseignements personnels à quiconque vous contacte.

5. Achat de marchandise

Selon le CAFC, « les Canadiens doivent être prudents lorsqu'ils achètent en ligne et nous les encourageons à lire les commentaires et à faire affaire avec des entreprises ou des individus qui ont une bonne réputation ou qu'ils connaissent de par un achat précédent. Si l'acheteur n'est pas familier avec un vendeur, il devrait vérifier par lui-même qui il est. Une bonne règle générale : si le prix demandé pour un produit est trop beau pour être vrai, c'est que c'est trop beau pour être vrai. »

 6. Vente de marchandise

Que vous soyez une entreprise ou un particulier, quand vous vendez de la marchandise en ligne, vous devez être conscient que ce ne sont pas toutes les offres reçues qui sont bonnes et honnêtes. Le CAFC explique ce type d'escroqueries : « le vendeur reçoit une réponse soit par courriel ou par message texte de la part d'un arnaqueur qui veut acheter son produit. L'arnaqueur procédera alors au transfert de faux paiements dans le compte du vendeur, en payant à l'aide de cartes de crédit volées ou de chèques frauduleux. Dans certaines situations, la victime perd non seulement un article, mais aussi de l'argent; soit à cause d'un paiement plus élevé que demandé par le fraudeur ou à cause des frais de livraison pour envoyer le produit. »

7. Contrefaçon de marchandise

Dans cette arnaque, le CAFC révèle que « les fraudeurs trompent les consommateurs canadiens et les incitent à acheter des biens contrefaits à des prix réduits à l'aide de sites Web frauduleux. Ces sites Web imitent un site Web légitime d'une marque connue. Lorsque le consommateur reçoit le produit, celui-ci sera de piètre qualité et n'arborera pas le nom de la marque ni la certification. Les produits contrefaits peuvent aussi causer des blessures. »

8. Vous avez gagné un prix !

Le CAFC met en garde contre cette escroquerie : « Les fraudeurs réinventent constamment la roue et trouvent de nouvelles façons de s'attaquer à des victimes potentielles. Les Canadiens plus âgés continuent de recevoir des appels téléphoniques, des courriels ou des messages sur leurs comptes de réseaux sociaux déclarant qu'ils ont gagné une grosse somme d'argent à la loterie ou à un concours. Avant de recevoir leurs gains, les victimes doivent d'abord payer des frais. Naturellement, aucun gain n'est jamais envoyé. »

De plus, les escrocs utiliseront des noms de vraies entreprises comme Reader's Digest ou Publishers Clearing House afin d'inspirer confiance à la victime et de lui faire croire que les gains sont légitimes.

9. Emplois

Les arnaques à l'emploi peuvent englober beaucoup de choses, allant de fausses offres d'emploi pour être un client mystère de ce qui semble être une vraie entreprise, jusqu'à l'offre de publicité sur votre véhicule vous permettant de gagner gros (vous n'obtenez jamais l'argent) ou encore des offres de recrutement pour devenir un « agent financier », rôle dans lequel vous êtes plutôt la mule ou l'intermédiaire afin de transférer des fonds – sans que vous ne receviez jamais un sou et que vous perdiez des centaines ou même des milliers de dollars. De nouvelles arnaques sont inventées tous les jours par les criminels s'attaquant à ceux qui cherchent un emploi ou un supplément de revenu. Soyez toujours sur vos gardes avec ce genre d'offres.

10. Amour

Une arnaque qui brise le cœur est celle qui s'attaque aux personnes qui se tournent vers le Web pour trouver l'amitié ou l'amour. Malheureusement, les escrocs le savent et utilisent tous les types de sites de rencontre ou de réseautage social pour chercher des victimes potentielles.

Le CAFC veut que vous sachiez que les escrocs tenteront de gagner votre confiance par des démonstrations d'affection et communiqueront avec vous par téléphone, par Skype et par courriel, pendant des mois si nécessaire, afin de gagner votre confiance. Ces escrocs déclareront souvent travailler à l'étranger, habituellement dans un domaine très lucratif. Éventuellement, ils voudront rencontrer la victime en personne. C'est à ce moment qu'ils diront qu'ils ne peuvent pas se payer leur prochain voyage d'affaires et demanderont de l'argent à la victime pour leurs frais de déplacement. Une autre variation de cette arnaque : l'arnaqueur déclare une situation médicale d'urgence pour un membre de sa famille et demandera de l'argent pour payer les frais médicaux.

 

Sources : Le Centre antifraude du Canada, citations et recherche par Jessica Gunson et Jeff Thomson, du CAFC 

Partager