Les fraudeurs dans les médias sociaux

Écrit par Kelley Keehn

Le lundi 27 mai 2019

Les médias sociaux sont un excellent moyen de rester en contact et de réseauter. Mais un fraudeur pourrait se servir de ce qu'il sait de votre identité en ligne pour accéder à votre ordinateur, voler vos renseignements personnels et vous inciter à cliquer sur un lien malveillant pour infecter votre ordinateur.

Cliquez ici pour des conseils sur la façon de vous protéger contre l'hameçonnage.

De quoi faut-il se méfier ?

« Les médias sociaux sont un trésor d'information pour les fraudeurs. Vous avez déjà reçu une demande d'amitié de quelqu'un que vous ne reconnaissez pas ? Il y a de bonnes chances que ce ne soit même pas une personne, mais un robot qui tente d'accéder à vos renseignements », met en garde Tom Keenan, professeur à l'Université de Calgary et auteur du livre à succès Technocreep (livre en anglais).

Que cherchent les fraudeurs ?

« S'il s'agit d'un site de réseautage d'entreprises, les malfaiteurs peuvent tenter de découvrir qui dans votre établissement est en mesure de faire des virements bancaires pour piéger cette personne et l'amener à transférer de l'argent au moyen d'un faux courriel du patron. Ils veulent peut-être aussi savoir où vous vivez. Une photo de votre maison ou de votre voiture pourrait dévoiler des renseignements que vous ne souhaitez vraiment pas partager. »

Ce ne sont que des exemples des nouveaux moyens qu'emploient les fraudeurs pour obtenir vos renseignements personnels. On les connaît moins, mais il faut s'en méfier autant qu'on se méfie de l'hameçonnage, des rançongiciels, des logiciels malveillants et des logiciels espions.

Les fraudeurs sont de plus en plus sournois

Ils sont capables de supercheries encore plus perfides, comme trouver l'école que fréquente votre enfant pour ensuite vous envoyer un courriel frauduleux, supposément de la part du directeur par exemple, pour gagner votre confiance.

Voici un exemple que donne Tom : « Vous recevez un courriel dont l'auteur prétend être un parent ayant pris d'excellentes photos de votre enfant lors du match de soccer de l'école XYZ (dont l'horaire est justement affiché en ligne — facile à trouver pour un escroc). Bien entendu, vous ouvrez tout de suite le lien et boum, voilà votre ordinateur infecté par un logiciel malveillant qui envoie vos renseignements personnels à un criminel quelque part à l'autre bout du monde. »

Faites attention aux photos que vous publiez

« Les photographies sont une mine de renseignements», fait remarquer Tom Keenan. L'endroit où vous vivez, la voiture que vous conduisez, etc. Si un concessionnaire que vous ne connaissez pas vous téléphone ou vous envoie un courriel pour vous dire qu'il est temps de prendre rendez-vous pour le changement d'huile de votre véhicule (il nomme la marque, le modèle et l'année), méfiez-vous. »

Dans le monde où nous vivons, il faut se montrer prudent face aux courriels et aux hyperliens puisque le revers de la médaille ‒ c'est-à-dire être la cible d'un programme malveillant ou d'un rançongiciel ‒ est bien réel et de plus en plus fréquent.

Si vous ne connaissez pas l'expéditeur, ignorez le courriel ou supprimez-le. Si c'est vraiment important, la personne vous écrira à nouveau ou tentera de vous joindre autrement.

Les meilleurs moyens de se protéger

  1. Ne donnez jamais de renseignements personnels au téléphone ni par courriel.

  2. En cas de doute, communiquez vous-même avec la personne ou l'entreprise en question; n'utilisez pas le lien ni le numéro de téléphone figurant dans le courriel, passez plutôt par le site Web officiel de l'entreprise.

  3. Prenez le temps de réfléchir avant d'accepter une invitation sur les médias sociaux.

4. Ne cliquez jamais sur un lien ou une pièce jointe à moins d'être absolument certain qu'il ne s'agit pas d'hameçonnage, même si l'envoi provient de ce que vous pensez être une source sûre ou un ami. Si vous avez des soupçons ou n'êtes pas certain, communiquez directement avec l'expéditeur par téléphone ou écrivez-lui un nouveau courriel, indépendant du premier.

Partager