Faire de l'argent grâce à sa langue seconde

Écrit par Mary Luz Mejia

Le lundi 18 mars 2019

J'avais trois ans quand nous sommes arrivés au Canada de la Colombie et je ne voulais rien savoir de ma langue natale, l'espagnol. Mes parents ont redoublé d'efforts et veillé à ce que je l'apprenne.

« Ça t'ouvrira des portes, insistait mon père. Tu verras. »

Transportons-nous à mon premier emploi après mes études en journalisme dans les salles de presse National et Newsworld de CBC. La crise des otages de la MRTA est survenue à Lima, au Pérou et j'étais la seule à avoir l'espagnol comme langue maternelle dans la salle de presse. Je suis pas mal certaine que ma traduction quasi simultanée des émissions en direct de Miraflores m'a aidée à décrocher le seul (et hautement convoité) poste disponible dans la salle de presse. J'ai travaillé deux ans de plus à CBC avant de me rendre en Floride du sud, où j'ai obtenu un emploi (et un permis de travail) comme productrice d'émissions télévisées en espagnol et en anglais.

Apprendre une autre langue est culturellement enrichissant et utile, en plus d'être une façon de vous aider à faire avancer votre carrière et à faire plus d'argent au cours de votre vie. L'apprentissage d'une langue peut être vu comme un investissement.

Les avantages du bilinguisme

Les professeurs en économie de l'Université de Guelph Louis Christofides et Robert Swidinsky ont fait des recherches pour découvrir combien connaître les deux langues officielles du pays peut faire augmenter le revenu. Leur étude de 2010 a révélé que ceux parlant couramment les deux langues au Québec gagnaient en moyenne 7,5 % de plus que les unilingues francophones. Les femmes bilingues à l'extérieur du Québec gagnent en moyenne 6,6 % de plus que leurs homologues unilingues, tandis que les hommes gagnaient en moyenne 3,8 % de plus.

Une revue littéraire (en anglais) entreprise par des chercheurs de l'Université de Calgary en 2017 a examiné plusieurs études existantes sur les avantages d'apprendre une seconde langue. Une déclaration d'intérêt particulier dans leur revue se lit comme suit : « La capacité de parler une deuxième langue permet habituellement d'augmenter les revenus, directement ou indirectement et selon le niveau de scolarisation, cela offre plus de possibilités de s'engager sur les marchés locaux et internationaux et de prouver ses habiletés et aptitudes accrues auprès d'employeurs potentiels. »

Une autre langue au profit de revenus personnels supplémentaires

Même si vous utilisez déjà une autre langue dans votre emploi à temps plein, vous pourriez trouver ça particulièrement utile si vous cherchez à générer des revenus supplémentaires. Il y a des emplois de voix hors champ (l'accent et le langage courant d'une région en particulier sont toujours recherchés), ou de guide touristique dans votre ville ou dans un musée ou une galerie, où les non-francophones de partout dans le monde apprécieraient grandement une petite traduction de ce qu'ils voient.

D'autres possibilités incluent tout emploi qui demande de voyager (de l'écriture à la recherche) et même le tutorat dans vos deuxième et troisième langues.

Obtenez votre accréditation

Si vous êtes très motivé et prêt à prendre un engagement plus sérieux, vous pouvez vous inscrire à un programme de certification au Canada offert par le Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada (CTTIC) si vous désirez devenir traducteur, interprète ou terminologue professionnel. Avec la certification, l'échelle salariale est plus clairement définie si vous voulez traduire des textes, ou servir d'interprète dans une réunion ou pour les tribunaux.

En résumé : apprendre une autre langue peut être très amusant, mais il y a aussi d'autres avantages. Mes parents avaient donc raison !

 

Partager