COVID-19 : méfiez-vous des arnaques

Écrit par Kelley Keehn

Le jeudi 23 avril 2020

Alors que vous vous efforcez de respecter les consignes de confinement et de protéger votre famille contre la pandémie de la COVID‑19, il y a autre chose dont il faut se méfier : les arnaques.

Les fraudeurs exploitent notre émotivité pour profiter de nous, précisément au moment où nous sommes potentiellement vulnérables.

Vous pouvez vous protéger, vous et vos proches, contre ces fraudeurs en étant conscients de leur existence et des signaux d'alerte à surveiller.

Arnaque COVID‑19 no 1 : sites Web fictifs

Le Centre antifraude du Canada et la GRC travaillent d'arrache‑pied pour démanteler les sites Web frauduleux. Ces cyberespions scrutent les sites qui se font passer pour Santé Canada, l'Agence du revenu du Canada, etc.

Alors que l'on nous demande de rester à la maison et de nous éloigner physiquement des autres, les autorités nous encouragent néanmoins à maintenir, de façon virtuelle, nos contacts sociaux. C'est une excellente idée. Mais ça veut dire que les arnaqueurs se servent des médias sociaux pour diffuser leurs offres et affirmations trompeuses. Ils offrent de faux espoirs en proposant par exemple des tests de dépistage de la COVID-19 bidon ou des lampes désinfectantes à ultraviolets qui tuent le virus. Ni l'un ni l'autre ne fonctionne vraiment.

En cas de doute, rendez‑vous sur des sites officiels auxquels vous faites confiance. Ne cliquez jamais sur un lien dans un courriel, un message texte ou une publication sur les médias sociaux.

Arnaque COVID‑19 no 2 : tentatives d'hameçonnage

Depuis que la Prestation canadienne d'urgence du gouvernement a commencé à être versée, des mises à jour continuent d'être annoncées et les gens ont des questions sur les prestations fédérales et provinciales.

Les fraudeurs tentent de duper les victimes en offrant des moyens « d'obtenir votre argent plus rapidement » ou à bénéficier d'autres types d'aide. Ne cliquez pas sur ces offres non sollicitées par message texte ou courriel ni sur les pièces jointes pour des paiements ou les demandes d'information.

Arnaque COVID‑19 no 3 : appels téléphoniques

Soyez sur le qui‑vive en ce qui concerne les appels de fausses demandes de dons à des œuvres de bienfaisance fictives. Les escrocs vous appelleront également pour vous aviser que vous avez obtenu des résultats positifs à un test de dépistage de la COVID‑19 et que vous devez fournir votre numéro de carte de crédit pour payer une ordonnance. Ne leur donnez jamais vos renseignements de carte de crédit.

Arnaque COVID‑19 no 4 : le télétravail

Plus d'un million de Canadiens ayant perdu leur emploi au mois de mars, vous commencerez sans doute à voir apparaitre des offres frauduleuses de « télétravail » proposant un revenu facile et pour lesquelles il vous suffit de payer des frais initiaux. Ne vous laissez pas prendre au piège.

Arnaque COVID‑19 no 5 : fraudes financières

Alors que de nombreux investisseurs voient leurs portefeuilles subir des fluctuations vertigineuses, les escrocs pourraient profiter de vos craintes vis‑à‑vis les marchés boursiers pour vous proposer des solutions « sûres » et « à faible risque ». Ces pratiques ont marqué la crise financière de 2008‑2009. Ces arnaques peuvent prendre la forme de transactions immobilières ou aurifères, ou encore de certificats de dépôt falsifiés pour n'en citer que quelques‑unes.

Si vous avez des doutes, consultez les commissions des valeurs mobilières de votre province pour savoir comment reconnaître les arnaques. L'AMF et la CMVO disposent de ressources formidables, ainsi que FP Canada (en anglais seulement) qui offre des outils pour vous aider à choisir un planificateur financier.

Assurez‑vous de poser les bonnes questions, de vérifier si le vendeur est agréé et ne vous fiez jamais aux recommandations de tiers (comme leur avocat, leur comptable, leur courtier en prêts hypothécaires ou leur planificateur), car ces derniers pourraient être dans le coup. Faites appel par vous‑même à un second avis indépendant.

Comment vous protéger contre la fraude

  • Raccrochez si vous pensez qu'il s'agit d'un fraudeur, ou ne répondez tout simplement pas. Si l'appel est légitime, ils laisseront un message.
  • Ne cliquez jamais sur des liens ou des pièces jointes dans des courriels ou messages textes provenant de sources inconnues.
  • Lisez très attentivement vos courriels. En cas de doute, allez vous‑même directement sur le site officiel de l'entreprise. Ne cliquez pas sur les liens figurant dans le courriel proprement dit.
  • Ne croyez pas tout ce que vous lisez ou voyez annoncé sur les médias sociaux.
  • Méfiez‑vous des liens ou des pièces jointes qui vous sont envoyés par message privé sur les médias sociaux, même s'ils semblent provenir d'un ami. Vérifiez vos relevés bancaires et de cartes de crédit pour détecter les fraudes et signalez immédiatement (en moins de 30 jours) toute activité suspecte à votre banque.
  • Inscrivez‑vous au service gratuit d'alerte par rapport à vos dettes et à votre carte de crédit. Ainsi, vous recevrez une alerte par message texte ou par courriel chaque fois que votre carte sera utilisée.
  • Consultez votre dossier de crédit gratuitement en ligne.

Si vous soupçonnez une fraude, veuillez la signaler immédiatement à votre banque, au Centre antifraude du Canada ainsi qu'à la police de votre municipalité si vous en avez été victime.

Partager