Comment le désespoir a mené à l'inspiration pour cette entrepreneure

Écrit par Kelley Keehn

Le lundi 27 août 2018

Que feriez-vous si votre animal de compagnie avait besoin d'une opération vitale, mais que vous n'aviez pas les moyens de payer pour?

C'est exactement ce qui est arrivé à Naomi Arnaut au cours de l'été 2015. Puisqu'elle n'avait pas d'économies, elle essayait désespérément d'emprunter de l'argent. Même si elle était désespérée, elle réalisait bien qu'emprunter davantage la mettrait dans une situation financière encore plus difficile. Mais elle n'avait pas le choix, elle devait à tout prix sauver son chien!

Puis, elle a été frappée d'un éclair de génie. « Pourquoi ne pas créer un produit que je pourrais vendre et que les gens aimeraient, pour lequel je pourrais accepter des paiements sous forme de dons pour rembourser ma dette? » songea-t-elle. La canicule estivale avait semé une idée, qui allait éventuellement devenir une entreprise de crème glacée végétalienne qui verse des dividendes à Naomi toute l'année.

« J'ai surtout procédé par essais et erreurs. J'ai fait plusieurs collectes de fonds et tenu des kiosques afin de promouvoir et de bâtir ma marque pour éventuellement faire un profit. J'ai pris un an à rembourser l'opération de mon chien, mais j'étais en train de bâtir une entreprise rentable. C'est à ce moment que j'ai créé Say Hello Sweets (lien en anglais). »

Le démarrage de son entreprise de crème glacée

How Desperation Fuelled Inspiration for this Entrepreneur - Say Hello Sweets Owner with Dog

La prochaine étape de Noami a été d'acheter un camion de crème glacée et de parcourir les rues de Vancouver. Elle avoue par contre regretter la somme investie dans l'achat du vieux camion et des réparations afin de le rendre fonctionnel.

« Mon conjoint et moi avons installé un moteur reconstruit et réparé le système de transmission », dit-elle. « Nous avons peint le camion et nous sommes occupés de la majorité des réparations et de l'entretien nous-même. Nous avons engagé un sous-traitant pour la plomberie et le travail électrique et nous avons été très déçus, car le travail était mal fait. Ç'a été un gros investissement qui a coûté très cher. Les réparations n'ont pas été faites correctement et nous avons dû investir encore plus pour tout réparer. Si je n'avais pas fait appel à un sous-traitant et si j'avais fait les travaux moi-même, j'aurais pu économiser beaucoup d'argent et peut-être même faire croitre mon entreprise plus vite. »

Aujourd'hui, Naomi a étendu les activités de son entreprise au-delà de son camion-cantine en se joignant à une cuisine partagée avec d'autres entreprises. Elle offre aussi un service de traiteur et fait de la vente au détail à des magasins ainsi qu'à des restaurants afin de créer un revenu stable tout au long de l'année, pas seulement durant l'été.

L'union fait la force

Naomi doit son succès et l'évolution rapide de son entreprise à sa communauté. « Dans la cuisine où je prépare la crème glacée, nous travaillons en équipe, nous partageons nos idées et nous nous soutenons les uns les autres. Il y a plusieurs entreprises de kombucha là-bas, mais aucune d'entre elles ne voit l'autre comme sa compétitrice. »

Pourquoi sans produits laitiers?

Naomi a visité une ferme laitière dans le passé et la cruauté qu'elle y a vue l'a dérangée à un point tel qu'elle a décidé qu'elle ne voulait pas faire affaire avec cette industrie. Cette résolution l'a menée à une solution beaucoup plus éthique. « En plus, il s'agit d'une tendance de plus en plus populaire sur la côte ouest du Canada », explique-t-elle.

Ses meilleurs conseils?

« Bâtissez votre propre communauté! » dit-elle. « Je n'avais aucuns fonds de roulement lorsque j'ai commencé; je n'avais que mes interactions avec le public. N'ayez pas peur de demander l'aide des autres. Aussi, familiarisez-vous avec la comptabilité. Je n'aime pas les chiffres, mais j'ai appris qu'il est impossible de les ignorer. Je reviens de chez mon comptable. C'est important de savoir où on en est financièrement. »

Quelle sera la prochaine étape pour Say Hello Sweets?

« J'aimerais avoir un commerce un jour, ou une usine de production à Vancouver » confie-t-elle. « Je suis tout de même ouverte à la possibilité d'endroits moins dispendieux, comme New Westminster ou Sunshine Coast. Il est important de trouver l'équilibre demande et coûts d'exploitation.

Partager