Comment cette entrepreneuse immigrante a lancé son commerce de soins de beauté

Écrit par Kelley Keehn

Le mercredi 21 mars 2018

Née et ayant grandi en Algérie, Sihem Benali se souvient que c'est la dévastation causée par la guerre civile qui l'a menée au Canada en 2003. Elle a appris l'anglais, mis à profit son diplôme en commerce et a trouvé son emploi de rêve dans le secteur des services financiers.

Elle a déménagé à Ottawa et s'y est sentie chez elle. Malheureusement, son rêve s'est vite dissipé puisque son employeur a procédé à un licenciement massif, et elle a perdu son emploi.

« Je me souviens de ce jour-là. Plusieurs de mes collègues étaient mariés et travaillaient tous les deux pour l'entreprise. Je me souviens que tout le monde se rendait dans le stationnement après coup et a commencé à pleurer. Les gens paniquaient. »

Sihem a vécu beaucoup de stress cette journée-là, qui s'est révélée être un moment décisif dans sa vie.

« Peut-être est-il temps pour moi de suivre mon rêve et de me lancer à mon compte ? J'ai toujours voulu avoir mon entreprise. Peut-être est-il temps pour moi de faire connaître l'huile d'argan. L'huile d'argan est une huile végétale du Maroc qui est utilisée pour une foule de choses, des cosmétiques à l'alimentation.

Ç'a été le catalyseur qui lui a permis de lancer Bio Secrets (lien en anglais). Grâce à son travail acharné, à son sens des affaires et à la chance qu'elle a eue de pouvoir participer à une émission diffusée sur la télévision nationale, Sihem offre maintenant son produit dans plus de 400 magasins partout au pays.

La nécessité est mère de l'invention

« À cause des différences de température entre l'Afrique du Nord et le Canada, j'ai commencé à avoir des problèmes de peau et je me suis mise à appliquer de l'huile d'argan sur ma peau quotidiennement. »

Sihem décrit la région où elle a grandi comme « très pauvre et nous n'avions pas tous les produits occidentaux auxquels les Nord-Américains ont accès. Nous n'avions que ce que Mère Nature nous offrait, alors c'est ce que nous utilisions. »

C'est toujours son produit de prédilection aujourd'hui et sa passion pour l'huile d'argan continue de faire prospérer son entreprise.

Intérêt naturel

« J'ai continué ma routine beauté après avoir déménagé au Canada et plusieurs personnes ont commencé à démontrer un intérêt pour le produit. Plusieurs de mes collègues ont commencé à faire leurs achats d'huile d'argan par mon intermédiaire. Je le faisais à temps partiel, avec mes collègues, des amis et les membres de ma famille, mais je n'avais pas lancé mon entreprise parce que je pouvais compter sur un chèque de paye régulier. Je ne pensais pas encore à me lancer en affaires, jusqu'à ce que je perde mon emploi. C'est ce qui m'a donné le coup de pouce pour me lancer. Et mon entreprise est née. »

Le travail acharné s'est avéré payant

Un jour, Sihem faisait une démonstration de son produit dans un salon commercial et a été approchée par le producteur exécutif de l'émission de CBC Dragon's Den (en anglais). Les vêtements traditionnels de Sihem ont attiré l'attention du producteur qui lui a demandé : « Pourquoi portez-vous cette robe et quel est votre produit ? »

Bien qu'elle était nerveuse de passer à la télévision nationale, son mari lui a donné l'encouragement dont elle avait besoin pour s'inscrire à l'émission avec quelque 3 000 autres entrepreneurs pleins d'espoir.

« Je me suis presque évanouie quand j'ai reçu l'appel. La dame au téléphone a dit : 'Ne t'évanouis pas tout de suite, nous avons besoin de toi pour notre émission !' ». Son produit a provoqué une guerre des enchères à l'émission et elle a reçu plus que ce qu'elle en demandait !

D'où tient-elle son côté entrepreneur ?

« C'est peut-être dans mes gènes. Mon grand-père a été l'un des premiers importateurs de thé en Amérique du Nord. Ma mère avait une petite entreprise d'antiquités. Depuis mon plus jeune âge, je voulais avoir ma propre entreprise. Voilà pourquoi, après le secondaire, j'ai décidé d'étudier à l'école du commerce. »

Toutefois, selon Sihem, aussi importante que l'éducation puisse être, certaines leçons ne peuvent être apprises que dans la vraie vie. « L'expérience que je possédais concernant ce produit, vous ne l'obtiendrez jamais dans un programme, dans une école ou dans des livres. Vous devez simplement la vivre. »

Son meilleur conseil ?

« Soyez très discipliné. Quand on démarre une entreprise, on n'a que des dépenses. Et quand l'argent commence à rentrer, il y a tant de choses qu'on voudrait faire et sur lesquelles on aimerait le dépenser. Mais vous devez rester concentré. Si vous voulez que votre entreprise croisse, songez toujours au long terme et n'oubliez pas que vous devrez réinvestir. »

 

Partager