Qu'est-ce que c'est, une récession ?

Écrit par Preet Banerjee

Le lundi 30 septembre 2019

Quand on veut s'assurer d'attirer l'attention sur un article de presse, rien de plus simple que d'insérer le mot « récession » dans la manchette. Paradoxalement, l'alarmisme qui consiste à souligner la possibilité d'une récession pourrait faire basculer une économie stagnante vers une véritable récession (en anglais seulement).

On aimerait bien ignorer tous ces murmures financiers qui circulent dans les médias à propos des fluctuations à court terme du marché, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Par contre, peut‑être pouvons‑nous transformer ces dernières manchettes sonnant l'alarme d'une récession potentielle en un moment d'apprentissage.

Comment mesure‑t‑on la santé économique d'un pays ?

La taille d'une économie est mesurée par ce qu'on appelle le PIB, ou produit intérieur brut. C'est la somme de tous les biens et services produits au cours d'une période donnée. En temps normal, on observe une progression lente, où les revenus et les dépenses augmentent.

Les médias citent généralement les taux de croissance du PIB. Par exemple, on voit des phrases comme : « L'économie a progressé de 2,2 % cette année. » « L'économie canadienne a progressé de 0,1 % au dernier trimestre. »

Qu'est‑ce qu'une récession ?

Grosso modo, une récession se produit lorsqu'une économie se contracte (ou « recule »). Vous entendrez parfois une définition technique de ce qu'est une récession, soit lorsqu'une économie se contracte pendant deux trimestres consécutifs. Autrement dit, le PIB de ces deux trimestres consécutifs affiche un taux de croissance négatif.

Toutefois, ce n'est pas toujours aussi simple. Par exemple, au début de 2015 (en anglais seulement), l'économie canadienne répondait à la définition technique d'une récession, mais un groupe d'économistes se penchant sur d'autres facteurs a conclu que le Canada n'était effectivement pas en récession, car la contraction ne touchait qu'une partie de l'économie dans son ensemble, et que le taux d'emploi avait plutôt augmenté au cours cette période.

C'est aussi possible d'observer une province en récession, mais que celle‑ci ne s'étende pas à l'échelle nationale. L'Alberta a connu une forte récession qui a débuté en 2015 et qui a duré près de deux ans.

Quel est l'impact d'une récession sur monsieur et madame Tout‑le‑Monde ?

Quand les gens achètent moins, ça entraîne une baisse des revenus pour les entreprises, les poussant éventuellement à réduire leurs propres dépenses. Pour certains, cela signifie un risque de perte d'emploi. Pour ceux qui échappent aux mises à pied, les augmentations de salaire auxquelles ils s'attendaient pourraient ne pas se réaliser et, pire encore, ils pourraient devoir encaisser des réductions de salaire ou faire face à une charge de travail accrue.

De nombreux Canadiens sans actifs financiers importants sur lesquels ils peuvent compter (pas de fonds d'urgence ou d'autres actifs qu'ils peuvent vendre) pourraient avoir de la difficulté à respecter leurs obligations financières, telles que des prêts hypothécaires et d'autres dettes. Certains pourraient décider de vendre leur maison et, si l'on tient compte des personnes mises à pied dont la capacité d'acheter une propriété est limitée, la demande du marché de l'habitation risquerait un ralentissement, exerçant ainsi une pression à la baisse sur le prix des propriétés. C'est ce qu'on appelle l'effet domino.

En fin de compte, le mot « récession » fait peur parce que cela peut avoir un impact significatif sur les attentes en matière de mode de vie chez les personnes les plus touchées.

Peut‑on se préparer en prévision d'une récession ?

Des récessions surviennent de temps à autre. Si vous vivez jusqu'à 90 ans, vous pourriez traverser 10 récessions au cours de votre vie adulte (si l'on se sert de ces données américaines comme mesure – en anglais seulement).

Alors, plutôt que de penser aux façons de vous préparer pour une récession imminente, vous devriez peut‑être plutôt réfléchir à la façon dont vous pourriez être en mesure d'encaisser un choc économique global ou, mieux encore, un choc financier personnel (car les urgences peuvent survenir n'importe quand – avec ou sans récession).

Pour y arriver, il faut suivre les règles habituelles en matière de finances personnelles : renflouer le fonds d'urgence, faire attention aux dépenses excessives, vous assurer d'avoir des assurances adéquates et maintenir votre taux d'épargne le plus élevé que possible. Plus vous suivrez cette formule, mieux vous serez préparé à faire face aux pépins financiers qui risquent de survenir de temps à autre.

Partager

Jetez un coup d’œil à notre livre numérique pour vous aider à vous lancer en investissement.