On vous écoute

Par téléphone

24 h par jour, 7 jours par semaine
1-888-826-4374. Ou, si vous préférez, nous pouvons vous appeler

Par clavardage
Comptes d'épargne et Comptes-chèques

Lundi au vendredi : 8 h à 20 h HE
Fin de semaine : 9 h à 17 h HE

Investissements

Lundi au vendredi 8 h à 20 h HE

FAQ

Vous avez des questions ?
Consultez notre FAQ

En personne

Passez nous voir à l'un de nos emplacements Tangerine

Par la poste

3389 av. Steeles Est
Toronto, Ontario
M2H 0A1

Sur les réseaux sociaux

Une bonne largesse pour vos enfants

Écrit par Pierre Chauvin

Le lundi 11 septembre 2017

Offrir à ses proches de payer pour ses propres funérailles peut sembler être un cadeau un peu lugubre, mais qui comporte pourtant de nombreux avantages.

Et c'est de plus en plus répandu.

Au Québec, une personne sur quatre qui décède avait fait des préarrangements funéraires, explique Alain Leclerc, le directeur général de la fédération des coopératives funéraires du Québec.

« C'est une pratique qui est en augmentation », explique-t-il. Et citant des estimations faites aux États-Unis, Alain Leclerc dit que l'on s'attend à des taux de préarrangements allant jusqu'à 50 % des décès dans les prochaines années.

Car lorsqu'un décès survient, c'est la famille et les amis du défunt qui se retrouvent à devoir faire un certain nombre de choix.

Choisir à l'avance

Les préarrangements funéraires permettent de choisir à l'avance d'une part les services funéraires (enterrement ou crémation, type de cérémonie), et aussi l'achat d'un contrat de sépulture (location et entretien d'un lot dans un cimetière par exemple).

« La principale motivation pour les familles pour s'acheter un préarrangement c'est de s'assurer qu'il y a du travail de fait et des choix qui vont être fait », explique Alain Leclerc, « c'est pour enlever le fardeau au membre de la famille d'avoir à faire ces choix-là ».

Mais c'est aussi pour enlever un fardeau financier à ses proches, dit-il. Le coût de funérailles peut aller de 3 000$ à 10 000$, une somme que les proches doivent payer rapidement.

La loi

Au Québec les préarrangements funéraires sont strictement encadrés par la loi, afin d'éviter les abus. Seules les maisons funéraires peuvent vendre ces produits, et l'argent payé par le client est placé dans une fiducie.

« Le client peut en tout temps annuler son contrat s'il change d'idée ou s'il déménage dans une autre région », dit Alain Leclerc. Le client peut récupérer son argent moyennant une retenue de 10 %.

Ce sont les intérêts qui s'accumulent sur ce compte en fiducie qui vont permettre de compenser le coût de l'inflation, dit-il.

Des bonnes affaires

L'avantage d'un préarrangement funéraire, c'est que le client n'est ni sous le coup de l'émotion, ni pressé par le temps.

« Le consommateur peut magasiner ses prix, son salon funéraire et signer un contrat avec celui qui répondra le mieux à ses besoins », dit Alain Leclerc.

« Mais il faut absolument en parler avec sa famille d'abord », souligne Patrice Chavegros, vice-président des ventes et du service à la clientèle chez Magnus Poirier, une maison funéraire.

« La seule erreur que les gens vont pouvoir commettre c'est d'acheter quelque chose pour eux sans forcément penser à ceux qui vont le vivre », dit-il.

Dans le cas d'un client qui souhaite être incinéré, que se passe-t-il si sa famille souhaite le voir une dernière fois après sa mort ?

« C'est la famille qui va rester, c'est la famille qui va avoir besoin de se recueillir, c'est la famille qui va vivre son deuil et non pas celui qui achète son préarrangement », explique Patrice Chavegros.

Une discussion qui peut être difficile, mais qui devient de plus en plus normale.

« Dans notre société avec les médias, on communique plus, beaucoup plus facilement et plus ouvertement », dit Patrice Chavegros. « On est plus à l'aise d'en parler aujourd'hui que jamais ».

Partager