Le partage des dépenses quand on vit en colocation

Écrit par Célia Bergevin

Le vendredi 2 mars 2018

Vivre en colocation est une excellente façon de réduire les coûts et d'économiser en vue d'un objectif ou d'un projet.

Ça peut être une expérience agréable… ou désastreuse. Beaucoup de facteurs entrent en ligne de compte quand on emménage avec quelqu'un, comme les habitudes de vie, les standards de propreté et l'horaire de chacun, mais l'un des facteurs les plus importants est le partage des dépenses.

Après trois ans de colocation, j'ai pu cultiver quelques perles de sagesse.

Le loyer

Peu importe le montant, le diviser par le nombre d'occupants peut sembler être l'option la plus juste et la plus simple. Mais, si, par exemple, une chambre est gigantesque par rapport aux autres, ou possède sa propre salle de bain, est-ce vraiment équitable de diviser le prix ainsi ? Si quelqu'un est prêt à payer un peu plus pour le privilège, ça règle la question. Mais si personne ne se porte volontaire, comment décider sans qu'il y ait de chicane ?

Quand j'ai emménagé dans mon appartement actuel avec ma coloc, une chambre était considérablement plus grande que l'autre – en plus d'avoir une plus belle vue et un garde-robe deux fois plus spacieux. Par contre, ni elle ni moi n'étions prêtes à payer plus pour l'avoir, alors on a fini par tirer à pile ou face (et c'est moi qui l'ai eue !)

L'ameublement, la déco et les électros

Ensuite, il faut meubler et décorer. Ça peut être tentant encore une fois de séparer les coûts de façon égale, mais si le projet de cohabitation est à court terme, comment séparer les biens quand vient le temps d'aller chacun de son côté ?

C'est possible de les vendre, mais ça prend du temps et de l'énergie de tout inscrire sur KijijiMD ou LesPACMD. Une solution est que chacun fournisse sa partie de ce qui sera partagé, et reparte avec ses biens le temps venu.

La bouffe

Avec toutes les restrictions alimentaires qui existent de nos jours, ça peut vite devenir compliqué de partager, mais beaucoup de gens le font sans problème. On peut s'entendre sur le menu de la semaine à venir, et alterner les rôles pour faire l'épicerie et préparer les repas.

Puisque ma colocataire et moi avons des horaires très différents, et pas nécessairement les mêmes goûts, on partage certaines choses de base et pour le reste, on achète séparément. Quand on a des surplus, on se les refile. On a même chacune notre évier de cuisine pour la vaisselle – comme ça, il n'y a pas de chicane sur ce point non plus.

Et quand on a envie de se faire un souper commun ou de recevoir des amis la fin de semaine, on ajoute simplement le montant de la facture à notre liste de dépenses du mois (que j'explique plus en détail ci-dessous).

L'électricité, l'Internet, le papier de toilette…

Certains logements incluent déjà l'électricité, le chauffage ou l'Internet. Sinon, il peut être plus simple d'assigner ces paiements récurrents à une seule personne pour éviter qu'ils tombent entre les craques. Il ne faut pas non plus oublier l'assurance habitation, qui peut être obligatoire selon le propriétaire.

À ça viennent s'ajouter toutes les autres petites dépenses comme les produits de nettoyage, le papier essuie-tout, le savon à vaisselle et, oui, même le papier de toilette.

Comment garder le compte ?

Les outils de partage de documents en ligne abondent, et sont tellement pratiques pour faire le suivi des dépenses. Ma coloc et moi avons créé un fichier sur lequel on inscrit toutes nos dépenses pour l'appartement au fur et à mesure. À la fin de chaque mois, on calcule qui doit combien à qui, on fait un virement bancaire, et voilà ! On est prêtes à repartir à neuf le mois suivant.

S'il y a une chose que j'ai apprise en vivant en colocation, c'est que c'est un peu comme vivre en couple : ça demande un dialogue à deux sens et des compromis. Il n'existe pas de formule magique pour gérer les dépenses communes, alors l'important est de trouver une méthode qui convient à tout le monde.

Kijiji est une marque déposée d'eBay International AG.

LesPAC est une marque déposée de Réseau LesPAC Inc.

Partager