Hypothèque : comment choisir votre terme

Écrit par Penelope Graham

Le vendredi 29 mars 2019

Lorsqu’ils magasinent une hypothèque, de nombreux emprunteurs concentrent tous leurs efforts à trouver le taux d’intérêt le plus bas. Après tout, les versements mensuels auront une incidence directe sur votre situation financière et sur le budget prévu pour l’achat de votre maison.

Mais ça ne devrait pas être le seul facteur à prendre en considération, car au bout du compte, c’est le choix du terme hypothécaire ‒ la durée de votre contrat ‒ qui aura le plus de répercussions sur le coût de votre propriété.

Qu’est-ce qu’un terme hypothécaire ?

Le terme hypothécaire est un contrat qui prévoit le taux d’intérêt et les autres modalités pendant une période donnée. Il ne faut pas le confondre avec l’amortissement, qui est la durée totale prévue pour le remboursement complet de l’hypothèque (à l’heure actuelle, la période maximale est de 25 ans pour les acheteurs dont la mise de fonds est inférieure à 20 % et de 30 ans pour les autres).

Un certain nombre de termes seront conclus au cours de la période d’amortissement. Lorsqu’un terme arrive à échéance, vous devez en négocier un nouveau et il est possible que votre taux d’intérêt change selon le taux d’intérêt du prêteur à ce moment‑là, votre statut d’emprunteur ainsi que votre situation financière.

La durée d’un terme hypothécaire

Puisque vous pourriez faire face à une augmentation du taux d’intérêt au moment de renouveler votre prêt, il importe de choisir un terme qui correspond à votre tolérance au risque et à vos objectifs à long terme. Les termes varient de six mois à dix ans. Dès lors qu’on dépasse quatre ans, on parle d’une hypothèque « à long terme ».

Au Canada, ce sont les termes de cinq ans qui sont les plus populaires. Considérés comme l’hypothèque idéale, ils offrent juste la bonne dose de stabilité et la possibilité d’améliorer le taux et les modalités à moyen terme. Mais il y a de bonnes raisons d’envisager un terme beaucoup plus court ou plus long. Voyons pourquoi.

Hypothèque à long terme : payer plus cher pour avoir l’esprit en paix

Habituellement, plus le terme est court, plus le taux d’intérêt est bas. Si vous souhaitez la stabilité, sachez qu’il y a un prix à payer. En effet, le taux d’un terme de dix ans à taux fixe est de 1 % à 3 % plus élevé que pour un terme de cinq ans. Cette différence peut avoir une grande incidence sur la capacité d’emprunt lorsqu’on explore le marché à Toronto ou à Vancouver (liens en anglais).

Le plus souvent, ceux qui choisissent l’hypothèque à long terme le font pour éviter les fluctuations. On sait exactement à combien s’élèveront les versements pendant une longue période et ceux-ci ne changeront pas au gré de la conjoncture économique.

L’hypothèque à long terme sert également de couverture en période de transition du ménage. Si les facteurs qui influent sur votre admissibilité à un prêt changent, par exemple, si votre conjoint ou conjointe quitte le marché du travail ou se lance dans une nouvelle carrière, vous n’avez pas à repasser par le processus d’admissibilité au moment de renouveler votre hypothèque comme ce pourrait être le cas avec un terme plus court.

Par contre, vous perdez en flexibilité. Si vous devez résilier votre hypothèque avant la fin du terme ou si vous souhaitez changer votre prêt pour un produit à meilleur taux d’intérêt, les pénalités de remboursement anticipé peuvent être beaucoup plus élevées si vous avez une hypothèque à long terme. Par exemple, pour un terme fermé à taux fixe, c’est le montant le plus élevé entre trois mois d’intérêt et le différentiel du taux d’intérêt. C’est pourquoi il importe de vous assurer que votre hypothèque prévoit des options comme la transférabilité en cas de déménagement, la possibilité d’augmenter les versements ou le versement d’un montant forfaitaire jusqu’à concurrence d’un certain pourcentage.

Hypothèque à court terme : plus de flexibilité, mais plus de risques

Contracter une hypothèque à court terme signifie plus de liberté, mais vous vous exposez aux fluctuations du marché. En effet, si les taux d’intérêt montent en flèche l’année suivante, vous pourriez avoir de mauvaises surprises au moment du renouvellement. Vous devez aussi renégocier votre hypothèque plus souvent, ce qui pourrait vous nuire si votre santé financière change subitement.

Mais si vous savez que vous aurez besoin de flexibilité en raison d’un changement dans votre vie, l’hypothèque à court terme peut être une option intéressante. Les pénalités de remboursement anticipé seront moins élevées en cas de résiliation.

L’hypothèque à court terme peut également s’avérer utile pour améliorer sa cote de crédit et être admissible à un taux d’intérêt encore meilleur plus tard. En effet, le fait de rembourser votre hypothèque à court terme dans les délais favorise votre dossier de crédit et c’est un bon moyen de gravir les échelons sur le marché immobilier.

Demandez les conseils d’un professionnel avant de faire votre choix

Personne ne peut savoir ce que l’avenir lui réserve dans cinq ou dix ans. Il est donc sage de consulter un conseiller pour parler de vos objectifs financiers à court et à long terme et découvrir comment votre terme hypothécaire peut vous aider à les atteindre.

 

Partager