Comparaison de l'achat d'une première et d'une deuxième maison

Écrit par Maria Hyde

Le vendredi 26 avril 2019

Vous avez vécu les hauts et les bas lors de l'achat une première maison, mais quand vient le temps de penser au déménagement à une prochaine maison, vous vous demandez peut-être à quoi vous attendre cette fois-ci.

Selon ma propre expérience, j'ai appris qu'acheter sa deuxième maison (en commençant par vendre la première) amène plusieurs nouvelles questions et coûts à prendre en considération.

Comment trouver le juste équilibre entre l'achat et la vente

En tant que premier acheteur de maison, votre seul objectif est d'acheter une maison. Lorsque vous êtes déjà propriétaire d'une maison et que vous songez à déménager, vous aurez à décider à quel moment acheter votre nouvelle maison et quand vendre votre maison actuelle. Voici quelques facteurs à considérer :

  • Avez-vous besoin du profit de la vente de votre première maison pour effectuer le versement initial de votre prochaine maison ?
  • Seriez-vous à l'aise de vous retrouver avec deux hypothèques si vous êtes incapable de vendre votre première maison ?

Mon mari et moi avons trouvé notre prochaine maison idéale très rapidement et nous avons fait une offre avec l'intention de vendre notre maison actuelle simultanément avec l'achat. Nous avons essayé de trouver des façons d'éviter d'acheter une maison que nous ne pouvions pas nous permettre et de ne pas contracter deux hypothèques.

Avant de faire une offre sur la nouvelle maison, nous avons demandé à nos agents immobiliers combien nous pourrions réellement vendre notre première maison, selon le marché actuel. Cela nous a donné confiance que nous pourrions vendre notre maison à un prix raisonnable en plus de nous aider à déterminer si on était capable de se permettre la nouvelle maison et le prix d'achat avec lequel on se sentait à l'aise d'offrir.

De plus, nous avons fait l'offre sous condition de la vente de notre première maison. Dans un marché chaud, il se peut que vous vous sentiez sous pression de faire une offre non conditionnelle. Il est important de considérer si vous êtes réellement prêt à courir le risque de contracter deux hypothèques pendant un certain temps.

Opter pour le financement provisoire

Une fois que nous avons reçu une offre sur notre première maison, nous avons été en mesure de négocier une date de clôture avec les acheteurs, à moins d'un mois après la date de clôture de notre nouvelle maison. Quand on déménage, il est commun que les dates de clôture de vente et d'achat ne s'alignent pas. Certains propriétaires planifient de conclure la vente de leur propriété actuelle après la date de clôture de leur nouvelle, leur permettant de faire des rénovations avant le grand jour et de prendre leur temps avant d'emménager. Cela nécessite alors un financement provisoire.

« Un financement provisoire est un excellent outil qui vous aide à combler l'écart entre le financement pour votre nouvelle maison et la vente de votre maison actuelle », explique Carl Pierce, directeur du financement provisoire chez Tangerine. « C'est un prêt à court terme qui est basé sur le capital détenu sur la propriété, qui vous permet de finaliser l'achat de votre deuxième maison avant la clôture de la vente de votre deuxième maison. Le financement provisoire doit être remboursé à partir des recettes de la vente de votre propriété actuelle. »

Lorsque nous avons considéré l'option d'un financement provisoire avec notre banque, nous avons établi que c'était une option qui était profitable pour nous, puisque le coût était relativement abordable et répondait à nos besoins lors de la transition entre maisons.

Le capital sur votre première maison

Quand nous étions des acheteurs d'une première maison, nous avons effectué notre versement initial avec notre épargne personnelle et ne pouvions nous permettre que le minimum de 5 %, ce qui signifie que nous étions obligés de nous procurer une assurance hypothécaire. Nous avons dû payer les rénovations et l'ameublement à partir de notre épargne et de notre marge de crédit.

Quand le temps vient de déménager à votre prochaine maison, vous aurez probablement accumulé du capital sur votre première maison et devrez décider comment vous allez l'utiliser.

Dans notre cas, nous avons accumulé suffisamment de capital sur notre première maison pour effectuer un versement initial de 20 % sur la nouvelle maison en utilisant le profit de la vente de la première, ce qui signifiait que nous n'avions plus besoin de l'assurance hypothécaire. Puisqu'il nous restait de l'argent après la vente, nous l'avons utilisé pour payer les coûts de clôture, des rénovations mineures, l'ameublement et le remboursement d'une portion de notre dette.

De nouveaux frais à prendre en considération

En plus des coûts de clôture typiques que vous rencontrerez en tant qu'acheteur d'une première maison, il y aura de nouveaux frais à considérer la deuxième fois, comme la commission hypothécaire pour la vente de votre maison. Combien ces frais vous coûteront-ils ?

« Il n'y a pas de frais de commission fixes, mais les frais de commission du marché sont plus au moins autour de 5 %, » explique Candice Chu, représentante chez Royal LePage. « Ils varient surtout selon le marché et selon le type de bien immobilier qui se vend. »

Puisque c'est l'un des plus gros coûts auxquels vous ferez face quand vous déménagez, il est important de discuter avec votre courtier en matières immobilières pour savoir combien vous payez en commissions. Une autre chose importante à savoir est que vous devrez payer de l'impôt sur cette commission, quelque chose dont nous n'étions pas au courant jusqu'à ce que nous voyions ces frais après la clôture de notre première maison.

Que faire avec l'hypothèque

En tant qu'acheteur d'une première maison, vous êtes préoccupé par l'approbation d'une hypothèque, mais quand vient le temps de déménager, vous devrez envisager quoi faire avec celle que vous détenez actuellement. Dans notre cas, nous approchions de la fin de notre prêt hypothécaire fermé de 5 ans, ce qui voulait dire des frais de remboursement anticipé minimes pour la résilier.

Après avoir discuté avec notre banque, nous nous sommes rendu compte que ce serait plus avantageux pour nous de résilier notre hypothèque et de payer les frais de remboursement anticipé puis de faire une demande pour une nouvelle hypothèque d'un terme de la même durée, puisqu'elle était à un taux d'intérêt inférieur. Cela n'est pas toujours le cas. Selon le type d'hypothèque que vous détenez, les frais de remboursement anticipé pour résilier votre hypothèque à l'avance peuvent s'avérer très couteux.

Faire le calcul pour voir combien coûteraient vos frais de remboursement anticipé peut être complexe et les prêteurs pourraient avoir de différentes façons de les calculer. « Votre première étape devrait être de contacter votre banque pour vous informer sur vos frais de remboursement anticipé, sur la façon dont ils sont calculés, sur les facteurs qui pourraient affecter ce remboursement et sur la façon de les réduire », suggère Pierce.

Les réponses à ces questions peuvent vous aider à déterminer si résilier votre hypothèque est logique ou que vous devriez chercher d'autres options, comme le transfert de votre hypothèque, offert à certaines banques. « Transférer votre hypothèque vous permet d'apporter votre hypothèque avec vous, à votre prochaine maison, sans frais de remboursement anticipé, aux taux, terme et montant actuels, » explique Pierce.

J'espère que ces conseils vous aideront quand viendra le temps de penser à déménager de votre première maison puis d'acheter la deuxième.

 

Partager