Comment accéder à de l'argent en période difficile

Écrit par Robin Taub

Le mardi 24 novembre 2020

Nous vivons actuellement une période d'incertitude provoquée par la pandémie de la COVID‑19 qui se manifeste différemment pour chacun d'entre nous. Si certains ont suffisamment d'argent pour couvrir leurs dépenses, d'autres ont du mal à joindre les deux bouts, même après avoir pris des mesures pour minimiser les dépenses.

Si vous éprouvez des difficultés, comment faire pour accéder à de l'argent pendant cette période incertaine ?

La première et meilleure source de liquidités est un fonds d'urgence, généralement constitué de 3 à 6 mois de dépenses mises de côté dans un compte d'épargne distinct. Si vous disposez d'un fonds d'urgence, c'est peut‑être le moment d'y faire appel, tout en sachant que vous pourrez le reconstituer plus tard.

Toutefois, en raison de la combinaison de niveaux élevés d'endettement des ménages, d'un accès facile aux marges de crédit et de taux d'intérêt très faibles sur les comptes d'épargne, un tiers des Canadiens n'ont pas de fonds d'urgence.1

Si vous n'avez pas de fonds d'urgence, il existe d'autres moyens d'accéder à l'argent en période de crise et chacun présente des avantages et des inconvénients :

  • Si vous mettiez de l'argent de côté pour des vacances ou un autre objectif qui est maintenant remis à plus tard, servez‑vous de l'argent de votre fonds de vacances (ou autre) pour répondre à vos besoins immédiats et reconstituez ce fonds plus tard.
  • Vous pourriez demander de l'aide gouvernementale, comme l'assurance‑emploi (AE), entre autres.
  • Si vous empruntez de l'argent à un proche, faites attention aux embûches possibles. Si la situation est mal gérée, cela peut entraîner des difficultés et de l'embarras. Efforcez‑vous donc de vous mettre d'accord sur des modalités qui conviennent à toutes les parties, puis respectez le plan de remboursement.
  • Avez‑vous demandé un remboursement pour des événements ou des programmes reportés ou annulés ? Étant donné que les remboursements ne sont pas nécessairement automatiques, il se peut que vous deviez en faire la demande formelle.
  • Si vous vendez des investissements liquides, c'est‑à‑dire des titres pouvant être immédiatement vendus contre des espèces, détenus dans votre compte d'investissement personnel non enregistré, n'oubliez pas que la vente peut entraîner des pertes ou des gains en capital. Les fonds du marché monétaire, les actions et les obligations cotées en bourse, les fonds communs de placement et les fonds négociés en bourse (FNB) en sont des exemples.
  • Si vous avez de l'argent dans un Compte d'épargne libre d'impôt (CÉLI) duquel vous pouvez effectuer des retraits, vous ne serez pas imposé au moment du retrait. Le CÉLI a été conçu pour être flexible : vous pouvez cotiser à nouveau les montants retirés l'année suivante, en plus du maximum annuel, pour vous remettre sur la bonne voie. Toutefois, il se peut, selon ce que vous vendez, que vous épongiez des pertes.
  • Selon les circonstances, il est possible que vous puissiez encaisser un certificat de placement garanti (CPG) par anticipation. Étant donné qu'un CPG ordinaire ne peut pas être encaissé ou remboursé avant la date d'échéance, vous devrez peut‑être faire la preuve de difficultés financières. Et même là, la possibilité d'encaissement est laissée à la discrétion de l'institution émettrice, qui vous facturera probablement des frais ou une pénalité. Par ailleurs, même si vous n'avez besoin que d'une partie de l'argent, vous pourriez devoir retirer le montant entier et vous pourriez perdre une partie ou la totalité de l'intérêt accumulé.
  • Si vous êtes admissible à une marge de crédit (ou à un prêt personnel), le taux d'intérêt sera généralement inférieur à celui d'une carte de crédit et vous ne payez de l'intérêt ou effectuez des paiements que si vous l'utilisez. Toutefois, c'est tout de même une dette, alors il faut s'assurer de pouvoir la rembourser dans un délai raisonnable.
  • Une marge de crédit hypothécaire vous permet d'emprunter sur la valeur nette de votre maison à un taux d'intérêt relativement bas. Vous pouvez retirer de l'argent selon vos besoins, le rembourser et vous en servir à nouveau sans avoir à refaire une demande. Avec une marge de crédit hypothécaire, vous empruntez une somme forfaitaire fixe, avec un calendrier de remboursement fixe du principal et de l'intérêt. Il faut savoir que dans le contexte économique actuel, l'accès au crédit se resserre et que l'admissibilité ou le refinancement pourraient devenir plus difficiles dans l'avenir. Et il convient de le répéter : lorsque vous contractez une dette, vous devez avoir un plan pour la rembourser dans un délai raisonnable.

Soyez conscient des conséquences

  • Si vous envisagez de retirer des fonds de votre régime d'épargne‑retraite (RÉR), méfiez‑vous des conséquences négatives. En vendant, vous risquez de réaliser des pertes et il y a des conséquences fiscales lorsque ces sommes sont ajoutées à vos revenus. Une retenue à la source de 10 à 30 % est appliquée lors du retrait, mais en fin de compte, l'impôt que vous paierez dépendra de votre situation fiscale personnelle et pourrait être supérieur (ou inférieur) au montant retenu. De plus, vous ne pouvez pas cotiser à nouveau les montants retirés.
  • Utilisez les cartes de crédit de façon responsable. Les taux d'intérêt élevés signifient que le solde à payer augmentera considérablement si vous ne pouvez effectuer que le paiement minimum.
  • Enfin, soyez conscient des dangers des prêts sur salaire qui, en raison des taux d'intérêt élevés, ne sont pas recommandés.
Partager

Que vous cherchiez à acheter une nouvelle résidence ou à refinancer votre propriété, nous sommes là pour vous aider.