On vous écoute

Par téléphone

24 h par jour, 7 jours par semaine
1-888-826-4374. Ou, si vous préférez, nous pouvons vous appeler

Par clavardage
Comptes d'épargne et Comptes-chèques

Lundi au vendredi : 8 h à 20 h HE
Fin de semaine : 9 h à 17 h HE

Investissements

Lundi au vendredi 8 h à 20 h HE

FAQ

Vous avez des questions ?
Consultez notre FAQ

En personne

Passez nous voir à l'un de nos emplacements Tangerine

Par la poste

3389 av. Steeles Est
Toronto, Ontario
M2H 0A1

Sur les réseaux sociaux

Les dons de bienfaisance font-ils partie de votre planification financière ?

Écrit par Anne Papmehl

Le lundi 3 décembre 2018

La plupart d'entre nous souhaitent aider les autres. Et les organismes de bienfaisance louables qui peuvent profiter de cet argent ne manquent pas ‒ surtout lorsque les temps sont difficiles.

Malheureusement, c'est durant ces temps difficiles que nous avons tendance à donner moins, par crainte pour notre propre sécurité financière.

Même quand l'économie va bien, il n'est pas toujours facile de bien gérer ses dépenses quotidiennes, de rembourser ses dettes et de mettre de l'argent de côté pour sa retraite. Ainsi, trouver des fonds supplémentaires pour donner aux organismes de bienfaisance peut s'avérer difficile.

On est nombreux (moi y comprise) à donner de façon aléatoire. On donne à ceux qui croisent notre chemin par hasard : les enfants du voisinage qui amassent des fonds pour un voyage sportif, les cadets de l'air qui font de la sollicitation à l'épicerie ou les demandes de dons acheminées par courriel. Ou encore, on se fait mentalement la promesse de faire un don « un de ces jours », lorsqu'on aura un peu d'argent disponible, puis on l'oublie.

Planifier ses dons

Il est évident qu'on ne peut pas donner à tout le monde. Mais en ajoutant les dons de bienfaisance à notre planification financière, nous pouvons faire du bien de la manière qui convient le mieux à notre portefeuille.

La planification de nos dons nous permet de cibler les causes sur lesquelles nous concentrer ‒ la pauvreté et la faim, l'église, la recherche médicale, les équipes sportives locales ou la protection des animaux ‒ et ainsi d'établir nos priorités.

La mise au point d'une stratégie nous permet de prendre le temps de mener quelques recherches (en anglais seulement) pour nous informer de la légitimité de l'organisme, de sa transparence et de son rendement en vue de faire un choix éclairé. Pour ma part, j'aime bien savoir que l'organisme utilise la majeure partie de mon don pour la cause et non pour payer des frais administratifs ou des frais de financement.

L'ajout des dons à notre planification financière nous permet de fixer nos limites et de ne pas dépasser le montant avec lequel nous nous sentons à l'aise tout en profitant de l'agréable sentiment d'avoir aidé quelqu'un ou une cause. Par ailleurs, lorsque nous établissons un plan concret et que nous prenons une décision éclairée, il est plus probable que nous donnions suite à notre projet. Et c'est une bonne chose pour les organismes de bienfaisance qui ont besoin de nos dons pour survivre.

Comment s'y prendre

Un bon début consiste à prendre en considération votre revenu mensuel pour déterminer combien il reste après avoir vu aux dépenses, à l'épargne et aux investissements. Quelle portion de cet argent supplémentaire souhaitez-vous mettre de côté pour les dons de bienfaisance ?

Quel genre d'organisme de bienfaisance et combien d'entre eux souhaitez-vous soutenir ? Préférez-vous donner la majeure partie de votre argent à un seul organisme ou le répartir entre plusieurs ? À quelle fréquence souhaitez-vous donner ? Une fois par semaine, une fois par mois ou quelques fois par année ?

Votre revenu est-il plutôt stable, ou êtes-vous un entrepreneur ou un pigiste dont le revenu varie ? Si vous faites partie de la deuxième catégorie, il est préférable de prévoir une certaine marge de manœuvre dans votre planification de manière à tenir compte du fait que vous serez plus généreux à certains moments qu'à d'autres.

Les reçus officiels sont-ils importants pour vous ? Si oui, mieux vaut ne donner qu'aux organismes de bienfaisance enregistrés ‒ et de bien classer ces reçus pour ne pas avoir à les chercher au moment de produire votre déclaration de revenus.

Enfin, ça vaut le coup de revoir votre stratégie de temps à autre ‒ idéalement lorsque vous faites le point sur votre planification financière ‒ pour voir dans quelle mesure elle fonctionne et pour décider si le temps est venu de délier ou de resserrer les cordons de la bourse des dons.

Adoptez une approche proactive face aux dons

Lorsque vous ajoutez les dons à votre planification financière, vous adoptez une approche proactive au lieu de réagir à chaque demande qui vous parvient et d'avoir l'impression de vider votre portefeuille parce que vous dites oui ou, au contraire, d'avoir mauvaise conscience parce que vous dites non.

Si vous donnez aux organismes de bienfaisance d'une manière qui vous convient et qui convient à vos finances, vous serez mieux en mesure d'aider les autres.

Partager